La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Entre espoir et nostalgie

novembre 2009 | Le Matricule des Anges n°108 | par Sophie Deltin

Entre espoir et nostalgie

Depuis Le Mur entre nous (1995), c’est avec un regard suffisamment familier et distant à la fois que la Polonaise Tecia Werbowski immigrée au Canada, arpente la mémoire de sa ville de prédilection : Prague, « (s)on abri européen ». Certes, la fascination exercée sur son héroïne, Maya Ney, provient autant de l’aura émanée des pierres de la ville que de son expérience rêvée, fantasmée durant ses trente années d’exil. Mais depuis la révolution de velours de novembre 1989, la ville a bien changé, envahie par une nouvelle vague d’hommes d’affaires, américains ou russes, et des cohortes de touristes : Prague, « cette splendide et éternelle vieille dame ridée » peut alors revêtir « l’allure d’une vieille femme acariâtre ». Dans ce décor qui n’a pas dit adieu aux fantômes du passé, Maya fait des rencontres : Radek, survivant d’une utopie défigurée, resté en marge de la prospérité, Hanka hantée par la condamnation à mort de son père accusé de trahison (lors du spectaculaire procès Slánsk de 1952), Clara dont le demi-frère, un ancien juge communiste connu pour la sévérité de ses peines, croupit désormais en prison… Placée sans l’avoir vraiment cherché « au cœur des confessions sans réserve » de quasi-inconnus, Maya se fait le creuset de la nostalgie, des déconvenues, voire des ressentiments d’une société dont le douloureux legs du passé communiste se double de l’apprentissage de la démocratie. Face à la haine, au « zèle », surtout « de la part des jeunes » à condamner sans nuances les agissements de certains dans le contexte de terreur d’avant 89, Maya s’interroge sur la possibilité d’émettre un jugement équitable, surtout quand « vous n’avez pas en mains tous les détails, tous les éléments ». Dédié à Roman Polanski, Entre espoir et nostalgie dont le style concis, et même un peu à court parfois, relève davantage de l’art de la vignette, a quelque chose en effet du scénario de film, d’autant plus qu’il n’est en réalité qu’un prétexte pour revenir sur ce qui est devenu « l’affaire Milan Kundera », après que le grand écrivain

entre espoir et nostalgie
de tecia werbowski
Traduit de l’anglais (Canada) par Nicole et Emile Martel
Les Allusifs, 112 pages, 14

Entre espoir et nostalgie Par Sophie Deltin
Le Matricule des Anges n°108 , novembre 2009.
LMDA papier n°108 - 6.50 €
LMDA PDF n°108 - 4.00 €