La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Reconstitution

janvier 2010 | Le Matricule des Anges n°109 | par Benoît Legemble

Une reconstitution passionnelle : Correspondance 1980-1987

À l’origine de ce livre, il y a la symbolique. Tout d’abord celle de la Sainte Trinité qui peuple l’imaginaire littéraire de Silvia Baron Supervielle. On sait l’importance de Borges et Ocampo pour l’Argentine, son pays natal. Des auteurs qu’elle a largement contribué à faire connaître au public français. Et si l’on dit du traducteur qu’il est un passeur, c’est particulièrement vrai dans le cas de celle qui aujourd’hui nous offre Une reconstitution passionnelle, livre-témoin qui retrace sa correspondance avec Marguerite Yourcenar. Là aussi, les dates laissent entrevoir en filigrane la présence tutélaire d’Orphée. Sept ans de missives sont ici regroupés comme pour mieux faire écho aux sept cordes de la lyre. Un instrument qui est le fil d’Ariane liant les deux femmes de lettres mues par une vision commune ancrée dans l’intransigeance du Verbe. Mais plus encore, on pénètre ici dans le cabinet de l’artiste. Alors que Baron Supervielle travaille sur l’édition espagnole des Charité d’Alcippe, le lecteur assiste aux différents remaniements ainsi qu’au reniement par Yourcenar de son recueil Les Dieux ne sont pas morts. Ce document épistolaire brille surtout par la pudeur des échanges qui y figurent. Il s’adresse tout à la fois aux chercheurs et aux non-initiés, aiguisant chez chacun le désir de découvrir d’autres textes plus confidentiels que les Mémoires d’Hadrien. Ainsi Baron Supervielle rappelle la fulgurance des formules de Yourcenar, comme c’est le cas dans l’Essai de généalogie du saint : « Un vieux proverbe dit que les absents ont toujours tort : il est irrévérencieux sans doute, il est tentant de se dire que c’est, ici-bas, ce qui est arrivé à Dieu. » Et de conclure : « Yourcenar est une mystique mais une mystique charnelle ; c’est avec son corps, ses mains enfoncées dans la terre et ses yeux levés vers le ciel qu’elle se révolte, qu’elle enlace sa pensée à la trame de son écriture. »

UNE RECONSTITUTION
PASSIONNELLE
Correspondance 1980-1987
dE MARGUERITE YOURCENAR ET SILVIA BARON SUPERVIELLE
Édition établie et annotée par Achmy Halley,
Gallimard, 95 pages, 16

Reconstitution Par Benoît Legemble
Le Matricule des Anges n°109 , janvier 2010.
LMDA papier n°109
6.50 €
LMDA PDF n°109
4.00 €