La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Avant la terreur

mars 2011 | Le Matricule des Anges n°121 | par Thierry Cecille

Où finit le crime, où commence la politique – et vice versa ? Comment pénétrer les arcanes de ce concubinage périlleux ? Enzensberger enquête.

Politique et crime : Neuf Etudes

Curieux objet, entreprise complexe que ce volume (paru en 1964, il fut traduit pour la première fois en 1967) : comme dans le récent Hammerstein ou l’intransigeance (cf. Lmda N°114), Hans Magnus Enzensberger mêle ici le récit et l’analyse, frôle la fiction, associe des documents et une réflexion de philosophie politique. Il s’en explique lui-même dans la postface : avec la curiosité vigilante et l’intelligence presque touche-à-tout d’un Benjamin, il veut « faire un peu de lumière sur certains rapports en raison desquels nous pouvons tous mourir, mais dont personne n’est responsable : les rapports entre la politique et le crime ». Plus précisément – et Arendt comme plus tard Debord l’ont éclairé eux aussi, chacun à sa manière – il veut comprendre comment « le crime palpable est devenu abstrait et le crime abstrait est devenu palpable ». Il lui faudrait, avoue-t-il, pour mener à bien ce projet, être à la fois « philosophe de l’Histoire, ethnologue, historien, juriste, sociologue et psychiatre » ! Il n’est « rien de tout cela », seulement écrivain, mais, rassurons-le, il n’a en rien démérité dans cette tâche.
Ces « neuf études » – certaines furent initialement écrites pour être diffusées par la radio allemande – nous conduisent donc de la Russie de Nicolas 1er au Chicago de la Prohibition, de la Sicile des mafiosi à la République dominicaine. Terroristes et malfaiteurs, dictateurs et soldats déserteurs composent une sorte de riche échantillon des différents choix que certains peuvent, dans des circonstances particulières, être amenés à faire quant à l’usage de la violence, à la décision de tuer – choix individuels que vont influencer l’égoïsme ou l’altruisme, l’idéalisme utopique ou l’appétit effréné du lucre. Enzensberger nous offre donc dans ces récits comme des esquisses de romans : il est ainsi remarquable que Vargas Llosa se soit penché dans une de ses œuvres les plus réussies (La Fête au Bouc) sur la figure de Trujillo, à qui Enzensberger consacre ici un « portrait » d’une implacable justesse. « Pas plus qu’à Eichmann on ne peut lui reprocher d’avoir été quelqu’un. Ce qu’il y avait de plus grand chez Trujillo, c’était sa banalité. » Son irrésistible ascension, avec son cortège de tortures, d’exécutions secrètes et de culte de la personnalité (sans oublier l’aval des U.S.A comme du Vatican), a fait de lui, pour plus de trente ans, « le souverain absolu et le possesseur du pays », mais il n’était « ni un mégalomane, ni un sadique. Son caractère, c’était la politique qu’il faisait, il n’en avait pas d’autres ». De même Al Capone fut avant tout un commerçant efficace, un capitaliste organisé – et il est révélateur qu’il ait été arrêté d’abord pour port d’armes prohibé puis condamné pour n’avoir pas payé ses impôts sur le revenu ! En fait « la comparaison entre un chef de gangsters et un capitaine d’industrie n’est pas une simple métaphore » et la guerre des gangs avec la terreur qu’elle instaura ne fut qu’« une suite inévitable de la logique économique ». à propos de Capone comme à propos de la maffia sicilienne (songeons au Parrain de Coppola ou au Lucky Luciano de Rosi), Enzensberger analyse la formation du mythe en expliquant que « c’est leur modernisme qui a fait leur succès, leur antiquité qui a fait leur fascination ». Il met au jour, constamment, de semblables parallèles terrifiants : comme les bandes criminelles offrent une « stupéfiante ressemblance avec les organisations du grand capitalisme, les cartels, les consortiums », la police secrète – en l’occurrence l’Okhrana tsariste, mais on pourrait penser à d’actuels services de contre-espionnage – reflète comme en miroir le fonctionnement des terroristes qu’elle doit combattre – mais à qui, aussi elle doit son existence. Il nous rappelle enfin que nous ne devrions jamais oublier que « l’engin nucléaire » est « le présent et l’avenir d’Auschwitz ».

Thierry Cecille

Politique et crime
Hans Magnus Enzensberger
Traduit de l’allemand par Lily Jumel
Gallimard, « Tel », 333 pages, 9

Avant la terreur Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°121 , mars 2011.
LMDA papier n°121
6.50 €
LMDA PDF n°121
4.00 €