La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Du jour

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151 | par Emmanuel Laugier

Il faut saluer l’entreprise poétique de Jacques Jouet et la parution de son nouveau livre, sobrement titré Du jour. Suite de Navet, linge, œil-de-vieux, paru il y a plus d’une décennie en trois volumes, ce nouvel opus suit scrupuleusement la règle d’écrire un poème du jour, écrit le jour même, ce qui ne signifie pas tous les jours. Si le livre, par son volume, contredit ce dernier constat, il va de soi qu’un jour est parfois sauté, mais que bien peu le sont, et que deux poèmes peuvent être écrits le même jour. Mais la règle d’écriture ne déroge pas à l’idée sensible de tirer du jour la matière propre de l’écriture du poème qui s’y rapporte. De cet ensemble en sept sections (rédigées du 1er juillet 1994 au 1er mars 2000), Jacques Jouet précise qu’elles se plient, d’année en année, à d’autres « procédures », que l’accumulation des séries leur a donné leur forme : « contraintes pragmatiques ou formes fixes, investigations formelles, poèmes de rencontres… » De « La phrase de prose du jour » au « Poème portrait du jour » en passant par « Le poème du jour et de journal » (peut-être les plus parataxiques), tout est donné à voir, à entendre, à sentir, rien n’est abscons, tout y est littéralement dit, sans détour, à l’exemple de ces laisses ouvrant le livre : le 21 mai 1994 « Deux femmes en slip discutent assises en comparant leurs jambes qu’elles frottent ou caressent, chacune les siennes », le jour suivant : « La scène décrite hier, je ne l’ai pas vue hier de mes yeux vue ». On se surprendra souvent à sourire - émotions insoupçonnables -, comme dans les multiples « Poème adressé du jour », dont celui-ci : « Le 7 octobre 1996, Paris, à Paca Sanchez // Les très jeunes filles, quand elles ont un peu froid / ont le mouvement bien à elles / de mordre leurs manches dans leurs poings / qu’elles étirent / crispées, involutées / préférant ce retour au rajout d’un gilet. / Ça ne s’interprète pas. Ça se regarde. »

E. L.

Du jour
Jacques Jouet
P.O.L, 888 pages, 22

Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4,00 €