La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Les galères volontaires

mars 2016 | Le Matricule des Anges n°171 | par Éric Dussert

Mes saisons en enfer : cinq voyages chauchemardesques

On avait pu constater avec La Vie sexuelle des cannibales de J. Maarten Troost (Hoëbeke, 2012) ou Contrebandier de la mer Rouge d’Éric Hansen (Payot, 1993) que le récit des voyages tournant vinaigre avait des vertus particulièrement grisantes. L’immersion dans Mes saisons en enfer de Martha Gellhorn le confirme cinq fois. L’aventureuse américaine, née en 1908 à Saint-Louis et morte à Londres en 1998, avait en effet publié en 1978, après une vie marquée par une sacrée bougeotte, un recueil de ses cinq pires voyages, ceux qui lui avaient évidemment laissé les meilleurs souvenirs. « L’idée de ce livre s’imposa à moi alors que j’étais assise sur une horrible petite plage de la pointe ouest de la Crète, entre une chaussure pleine d’eau et un pot de chambre rouillé. Tout autour de moi, les déchets de notre espèce. J’eus la sensation déprimante que je passais ma vie à me mettre dans ce genre de situation, et que je pourrais bien finir mes jours ici. Telle est la nuit obscure de l’âme dont tout voyageur peut expérimenter l’insondable profondeur, n’importe où et n’importe quand. Personne ne m’avait suggéré ni recommandé cet égout à ciel ouvert. Je l’avais trouvé toute seule en étudiant une carte, sur le vol de nuit bon marché pour Héraklion. J’étais très fière, d’ailleurs, de ma nouvelle débrouillardise. »
Martha Gellhorn, c’est à la fois un tempérament trempé, une humilité masquée par une autodérision délicate et une insatiable curiosité. Correspondante de guerre et épouse un temps d’Ernest Hemingway (1940-1945), Martha a indéniablement le goût du baroud. « La terrible année 1942, je la passai au soleil, dans le confort et la sécurité – à mon grand désarroi. » Pour se soulager de cette sensation étrange, elle entreprend de traquer le sous-marin nazi dans les Caraïbes, en pleine saison des typhons (c’est à peine plus risqué que de prendre un vol de nuit chinois pendant la guerre avec le Japon). « Et puis, de toute manière, puisque cette guerre-là se déroulait au large, il fallait évidemment que moi aussi, je m’aventure en mer. » Ainsi qu’en Russie bolchévique, à travers l’Afrique et en Israël où… les Athéniens s’atteignirent, pour notre plus grand plaisir de lecteurs.
À l’instar de Freya Stark (1893-1993), exploratrice de La Vallée des assassins (Payot-Rivages, 2002) célèbre partout sur Terre excepté dans l’Hexagone (bien que née parisienne), Martha Gellhorn est passée discrètement parmi nous alors que son esprit et son indépendance auraient pu la faire admettre parmi les femmes qui ont bousculé les certitudes de l’Humanité. Rien ne sert de courir, il suffit de pédaler lentement : quatre-vingts années éditoriales ont suffi pour voir paraître cinq de ses livres. Ce sont Détresse américaine (F. Sorlot, 1938) préfacé par Wells, Liana (R. Laffont, 1946), ses trois romans, La Montagne, La Mer, Les Hautes-terres réunis dans Quel temps fait-il en Afrique ? (Calmann-Lévy, 2006) et enfin La Guerre en face (Belles-Lettres, 2015), reportages de guerre dont les « Cinq voyages cauchemardesques » sont le versant ombrageux, superbe, délectable, un mets pour les gourmets et pour les sages qui sauront trouver là un livre qui marque : « Quoi qu’il advienne, je découvrirais au moins un monde qui m’était inconnu. »
Éric Dussert

Mes saisons en enfer. Cinq voyages cauchemardesques de Martha Gellhorn
Préface de Marc Kravets, traduit de l’américain par David Fauquemberg, Éditions du Sonneur, 609 pages, 22

Les galères volontaires Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°171 , mars 2016.
LMDA papier n°171
6.50 €
LMDA PDF n°171
4.00 €