La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Stéphane Bouquet
Ensemble

novembre 2016 | Le Matricule des Anges n°178 | par Thierry Guichard

Voilà un livre incongru. Un objet littéraire non identifié que peu d’éditeurs auraient eu le courage de publier. On y entre par trois poèmes dont les vers s’étendent au plus loin que la page permet. Comme si les phrases, ici, tentaient de coudre une pensée, une émotion au reste du monde. Comme si le vers était un long point de suture d’une blessure provoquée par le fait de se frotter à ce qui nous entoure. On y trouve des images fulgurantes et cette douceur qui vient avec le sang, avant qu’il ne sèche. « Je déclare la solitude ouverte. C’est la vraie inauguration du / moindre / monde » dit l’ouverture du deuxième poème, « Élégie encore ». Le monde vient à nous par le biais d’une radio, de ce qui bruit loin d’ici, en Grèce notamment quand dans la rue nos contemporains se rassemblent. Et puis, sans transition, les vers laissent place à une pièce de théâtre qui joue aussi aux arts poétiques : autour d’une communauté de onze personnes dont on entend les voix, une à une, s’avancent des corps, des vies qui auront à prendre en compte l’arrivée des onze dans une maison inhabitée. Comment vivre ensemble ? La question se pose à l’intérieur du groupe comme à l’extérieur et le texte fait l’essai d’une vie commune qui viendrait naturellement, avec innocence. La pièce, comme l’écriture, tente d’avancer hors des sentiers battus, hors des préjugés, hors de ce que l’on croit savoir. Laboratoire d’une vie différente à laquelle le personnage de Kevin voudrait inviter l’homme rencontré lors d’une passe : « Quand on le touche, quand on le caresse, on dirait qu’on rebondit sur un trampoline, je veux dire : tellement il vous répond de tout son être. » Une autre cite le psaume 133 qu’elle entendait petite à l’église : « Qu’il est bon et qu’il est doux, voyez, d’habiter comme des frères ensemble. » Cela sonne comme une contre-note lumineuse à l’époque qui est la nôtre.
Le livre s’achève sur deux nouvelles aux tons très différents mais qui signent à nouveau une voix et un talent hors norme. Il serait temps qu’on les entende.

Vie commune
Champ Vallon, 145 pages, 14

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°178
6.50 €
LMDA PDF n°178
4.00 €