La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le deuil infini

novembre 2016 | Le Matricule des Anges n°178 | par Emmanuelle Rodrigues

Paru en 1964, Trente pages rappelle la voix trop méconnue d’Avot Yeshurun qui se considérait lui-même comme un étranger dans sa propre langue.

Né en 1904, en Ukraine, Avot Yeshurun décide à l’âge de 21 ans d’émigrer en Palestine contre l’avis de ses parents, qui restés en Pologne, périront dans un camp d’extermination. En 1948, date de la création de l’État d’Israël, celui qui se nomme jusque-là Yekhiel Perlemuter, adopte le nom d’Avot Yeshurun. Comme l’explicite la traductrice, Bee Formentelli, malgré cette « double rupture délibérée d’avec le pays natal et la langue maternelle », le désir reste ancré en lui de « retrouver, mais comme principe de fécondation d’une patrie seconde, le lien spirituel d’une enfance dont il a tout fait pour s’éloigner ». Lien dont, le yiddish, la langue maternelle est garante, mais aussi et surtout, l’hébreu, qu’il réécrit à sa manière : les mots empruntés au yiddish, au polonais, à l’arabe confèrent à la langue sa part d’altérité. Ce croisement linguistique est au principe même d’une « poétique singulière ». Ainsi, écrit-il : « Mon hébreu, c’est ce que j’ai ramassé en chemin. »
Porteuse d’un « hors-texte tragique implicite », la langue d’Yeshurun, à la fois fragmentée et fragmentaire, comme ponctuée de silences, témoigne à travers Trente pages, de l’« abîme amer » que sont l’oubli et la disparition. Ce qui revit ici, une liasse de lettres envoyées par sa famille, et retrouvées par l’auteur dans ses tiroirs, ravive le passé enfoui mais non moins présent, quoique toujours évoqué d’une manière elliptique : le rappel des lettres en partie retranscrites, les citations bibliques qui scandent çà et là le corps du texte, ou encore les mots que le poète se dit à lui-même en une sorte de méditation inquiète. Trente pages fait entendre par sa polyphonie, et quelles que soient les voix qui s’élèvent, un seul et même chant. Un même mouvement se dessine : présent et passé dialoguent tout à la fois. Ainsi, le fils entend-il enfin sa mère lui demander réponse à ses lettres, en le priant de ne pas l’oublier. Ces mots d’hier, enchevêtrés aux allusions bibliques, ajoutent à la tension qui traverse l’évocation de ce monde disparu. C’est donc par la parole et la musicalité de la langue que la transfiguration opère. Ces lettres dès lors ne sont plus tout à fait identiques à ce qu’elles étaient. Demeurées à l’écart, et devenues motif de l’écriture, elles seront désormais les « lettres des morts ». Pourtant, « Enfin presque cessé le bruissement des lettres, longues et courtes : / libérées, elles vont retourner / avec ce yiddish / à la liasse. / Se sont écorcées comme oranges à la lisière de l’été. »

Emmanuelle Rodrigues

Trente pages, d’Avot Yeshurun
Traduit de l’hébreu par Bee Formentelli,
Éditions de l’Éclat, 102 pages, 10

Le deuil infini Par Emmanuelle Rodrigues
Le Matricule des Anges n°178 , novembre 2016.
LMDA papier n°178
6.50 €
LMDA PDF n°178
4.00 €