La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Poursuite de l’exégèse

novembre 2016 | Le Matricule des Anges n°178 | par Éric Dussert

Desnos et les ondes, Crevel et la solitude, Péret dans ses actes, trois nouveaux livres éclairent ces figures surréalistes.

La Clef des songes » de Robert Desnos

Benjamin Peret, l’astre noir du surréalisme

La Sagesse n’est pas difficile

Triade surréaliste pour l’automne : René Crevel, Robert Desnos et Benjamin Péret ont les honneurs de trois ouvrages. Une biographie (Péret), des lettres inédites (Crevel) et un dossier inédit reproduisant le contenu d’une émission de radio consacrée au rêve (Desnos). La plus grosse surprise, c’est à coup sûr le dossier qu’a exhumé Alain Chevrier des archives du plus surréaliste des psychiatres, Gaston Ferdière. On y aborde Desnos dans ses rapports avec les ondes et avec le rêve, d’abord à travers l’influence de ce dernier sur l’œuvre du poète, puis dans cette « Clef des songes » qu’il diffusa entre le 11 février et le 30 septembre 1938 sur le Poste parisien. Il avait entrepris d’y interpréter les rêves pour ses auditeurs. C’est une obsession populaire de toujours, Desnos trouva aisément de quoi nourrir son émission. On lui écrivait des lettres comme celle-ci : « Monsieur, je rêve énormément et je me suis permis de vous citer un de mes plus récents rêves. Je me trouvais dans une immense plaine. Une foule compacte courait en hurlant. Moi je restais seule. J’avais devant moi une grosse pièce qui tournait sans arrêt en sifflant un air de menace « zig… zig, je te tiens zig… gard ». Je voulais crier aucun son ne sort de ma gorge qui était aussi étroite qu’une aiguille à laine. » Si la Clef des songes de Robert Desnos ne parut jamais sous forme de livre (le projet de 1942 pour les éditions Colbert fut empêché par Gallimard), il reste ces fragments et les analyses d’Alain Chevrier pour tenter d’imaginer ce qu’il aurait pu être.
En ce qui concerne la biographie de Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme par Barthélémy Schwartz, il s’agit d’une belle synthèse avec mise à jour des données connues. Peu d’informations nouvelles concernant la vie professionnelle de Benjamin Péret (1899-1959) – il semble n’avoir jamais gagné un sou, ce gaillard, comme Breton du reste –, mais une véritable intégration à sa biographie des commentaires et analyses épars issus d’émissions de radio nouvelles, d’essais tout frais et de sources récemment publiées comme correspondances et souvenirs. Si le sous-titre de cette nouvelle biographie est un peu galvaudé (astres et soleils noirs sont désormais nombreux dans le paysage), le contenu n’en est pas moins sérieux et rend à Péret-la-béquille son rôle d’agitateur et ses attitudes de dadais dangereux. Péret-la- béquille parce qu’il fut au fond celle de Breton : aux côtés du grand énonciateur, il fallait le lascar capable d’aller au charbon, bille en tête. « Tout changera quand Péret sera revenu ! disait Breton selon Guy Prévan. Vous allez voir quand Benjamin va revenir ! Il attendait son retour avec impatience. On annonçait Péret comme l’ouragan, du moins comme l’homme de la révolution. » Une anthologie de sa poésie est publiée au sortir de la biographie, une heureuse initiative puisque, l’homme enfui, c’est le poète qui reste.
On retrouve une certaine forme d’énergie, bien différente, chez René Crevel. Ce dernier est quant à lui l’auteur des trente-quatre lettres inédites publiées par Alexandre Marc. Elles étaient destinées entre avril 1925 et l’été 1928 à Albert Flament, le critique littéraire et confident de Crevel, Caresse Crosby, jeune veuve et éditrice des Black Sun Press, ainsi que Jean Schlumberger, le co-fondateur de la NRF qu’on ne présente plus. Trois interlocuteurs et la même soif de contact, de confidences, de projets sans cesse renouvelés. Trois correspondances nimbées d’angoisse, parfois forte, qui émane de ces demandes incessantes de contact : « écrivez-moi », conclut-il ces lettres et son appel est si fort qu’il en est déchirant. Il le confessait : « Je n’ai le courage d’aucune solitude. »

Éric Dussert

« La clef des songes » de Robert Desnos,
d’Alain Chevrier, L’Âge d’homme,
332 pages, 24
Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme, de Barthélémy Schwartz,
Libertalia, 335 pages, 18
La Sagesse n’est pas difficile, de René Crevel, La Nerthe, 114 pages, 12

Poursuite de l’exégèse Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°178 , novembre 2016.
LMDA papier n°178
6.50 €
LMDA PDF n°178
4.00 €