La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Citizen Cane

mai 2017 | Le Matricule des Anges n°183 | par Anthony Dufraisse

Publié en 1923, le roman-phare de Jean Toomer nous plonge dans l’Amérique ségrégationniste, dérivant ici vers le mysticisme, sublimant là le réalisme.

Fond et forme, c’est sans doute l’une des scènes les plus signifiantes de ce livre. Au moment de quitter un club de Chicago avec sa cavalière, Bona, une Blanche au « teint vermeil », Paul, jeune homme « foncé », revient sur ses pas pour s’adresser au portier. Au passage du couple, l’homme a eu un regard lourd de sous-entendus : « Vous vous trompez, mon vieux. Je suis revenu vous le dire, vous serrez la main, et vous dire que vous vous trompez. Qu’il va se produire quelque chose de beau. (…) Je suis revenu vous dire, mon vieux, que les visages de blancs sont des pétales de rose. Que les visages noirs sont des pétales de nuit. Que je vais sortir ramasser des pétales ». Et la promesse qu’il se fait à lui-même de devenir aussitôt blessure : « Quand il arriva à l’endroit où ils s’étaient arrêtés, Bona était partie ». Bouleversant moment car on devine l’intensité de la déception de Paul, le sentiment qu’il doit avoir alors de profonde trahison. Voilà : la tragique beauté de ce livre réside dans un impossible accord au monde, aux autres et à soi.
Influençant toute une génération d’écrivains noirs dès sa publication en 1923, une première fois traduit en 1971 à destination de la seule Afrique francophone, CanneCane en v.o. – parle de la puissance dévastatrice des illusions à une époque où règne la ségrégation raciale. Se revendiquant sang-mêlé, Jean Toomer (1894-1967) nous parle des êtres cadenassés par des « concepts mentaux ». À sa manière, chacun des très nombreux personnages de ce livre, souvent des femmes, va rencontrer l’incompréhension, la violence, la folie, ou pire, la mort. Amours impossibles, déchirements identitaires, pulsions contraires, ici les vies sont marquées au sceau de la couleur de peau. L’origine comme horizon indépassable, la carnation comme aliénation, tout le texte en témoigne obsessionnellement : Fern, la « fille au teint de lait », le « visage blafard » d’Esther, Louisa dont la « peau avait la couleur des feuilles de chêne sur les jeunes arbres à l’automne », « le visage jaune citron » de Dorris, « le brun carminé » des joues de Muriel, « le teint rose magnifique » de Art, Bona et Helen, « le teint cuivré » de Lewis…
Le livre est construit en trois parties hétéroclites, reliées par des fils invisibles. Des histoires relativement développées ou à peine esquissées, des dialogues, des soliloques, des méditations oniriques, le tout entrecoupé de poèmes pareils à des prières. Les personnages prennent la parole sous l’œil d’un narrateur polymorphe, tantôt partie prenante du récit en cours, tantôt en retrait ou en surplomb. Donné comme un puzzle aux pièces éparses dont on attend, en vain, de découvrir le dessin d’ensemble, cette construction polyphonique associe systématiquement tel ou telle à un cadre normatif. Dans les première et dernière parties c’est une ville du Sud, en Géorgie, terre de canne à sucre, à la fois matrice et prison, pays aux horizons clos, et, entre les deux, le Nord, Chicago, Washington, dont l’apparente effervescence est trompeuse. Ici comme là, entre les Noirs et les Blancs, domine l’hostilité, ce poison lent. Tous autant qu’ils sont, les personnages de Toomer se voient donc refuser la lumière. Tirant eux-mêmes les ficelles, ils se savent des marionnettes, entraînées vers le fond par le poids de l’atavisme, des interdits et des préjugés. Ombres promises à la violence ou à la détresse, et dont les existences ne sont rien d’autre que des projections de leur imagination, hantises ou aspirations. Tout état de grâce semble hors d’atteinte.
On est tour à tour fasciné ou dérouté par l’écriture de Toomer, qui pratique un art poétique de la prose, dérivant ici vers le mysticisme, sublimant là le réalisme. Vaguement hallucinatoire, son lyrisme d’images étranges, baroques, s’accompagne souvent de mélodies ; chants qui flottent au-dessus des cannaies ou airs de jazz échappés des clubs enfumés. Et Toomer d’attendre désespérément, comme un de ses personnages, la venue d’« un dieu dont le visage d’ébène renverra de la lumière blanche ».

Anthony Dufraisse

Canne, de Jean Toomer
Traduit de l’américain par Jean Wagner, Ypsilon, 155 p., 20

Citizen Cane Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°183 , mai 2017.
LMDA papier n°183
6.50 €
LMDA PDF n°183
4.00 €