La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Zoom Venise, mon amour

juin 2018 | Le Matricule des Anges n°194 | par Martine Laval

Alberto Ongaro a la cité des Doges dans la peau et l’imaginaire dans le sang. Sensuel, ludique, son nouveau roman parodie le polar et la romance.

Il joue du piano, seul, dans un de ces palais où le temps s’est enfui. Spleen, mélancolie. Que c’est bon d’être triste, ou amoureux. À Venise, c’est du pareil au même. C’est la Sérénissime qui décide, fait palpiter les cœurs, frissonner les sens, ou perdre la raison. Dancing in the dark au bout des doigts, le compositeur Francesco Soria est en mal d’inspiration musicale. Alors, héros meurtri de cette Suite vénitienne, il échafaude des rêves, ou mieux, se fabrique un roman. Une intrigue puissante comme un polar, langoureuse comme une improbable histoire d’amour. Il était une fois un homme seul à son piano, perdu dans ses chimères. Il vient d’intercepter par hasard (mais il n’y a pas de hasard, que des coïncidences…) une voix au téléphone. Une femme supplie son amant de lui accorder un dernier rendez-vous, vite, ce soir, au pied d’un pont. Intrigué sinon voyeur, Francesco Soria dégringole de ses rêveries, se lance à la recherche de la belle inconnue, au risque de s’inventer une romance, de tomber amoureux, ou de devenir malgré lui auteur de son personnage…
Comme toujours chez le facétieux Alberto Ongaro pour qui l’imaginaire met le cap à l’infini, la littérature est une malle aux trésors sans fond, un terrain de jeu sur lequel viennent se frotter, s’ébattre, s’enrouler comme deux amants, l’amour, la passion, la douleur, l’abandon, la mort. Le drame et la comédie. La gravité et le badinage. Rien que la vie en quelque sorte. Et puisque la réalité n’est jamais ce qu’elle paraît être, qu’elle ment autant qu’un romancier, autant puiser du côté des rêves, des fantasmes, faire parler les fantômes qui ont élu domicile, ici à l’ombre des bâtisses décaties, ou là, le long des cales où résonne le silence.
Alberto Ongaro est vénitien. Son œuvre est à l’image de sa cité, labyrinthique, bourrée de mystères, cela va de soi, mais aussi – et voilà bien la preuve de son talent irrésistible – ludique, joyeuse… amoureuse. Après La Taverne du doge Loredan, formidable hymne à la littérature qu’il convient de lire ou de relire, Suite vénitienne est son sixième titre traduit en français. L’écrivain, comparse d’Hugo Pratt, intrépide aventurier à l’imaginaire débridé, chantre de la littérature populaire qui fait rimer flamboyance et élégance, a choisi ici une prose alanguie, des phrases sinueuses qui se moquent d’elles-mêmes. Chez lui, l’humour (à moins que ce ne soit de l’amour ?) n’est jamais loin, la parodie non plus. La littérature est chose trop sérieuse pour ne pas chevaucher les clichés, les détourner, leur tordre le cou, et s’en amuser.
Venise n’est pas si triste au temps des amours mortes. Avec Alberto Ongaro pour éternel amoureux, elle continue de frémir de plaisir… et le lecteur avec. L’écrivain est décédé en mars dernier. Il avait 93 ans. Il demeure prince de Venise, prince de la littérature.

Martine Laval

Suite vénitienne, d’Alberto Ongaro
Traduit de l’italien par Jean-Luc Nardone et Jacqueline Malherbe-Galy, Anacharsis, 222 pages, 19

Venise, mon amour Par Martine Laval
Le Matricule des Anges n°194 , juin 2018.
LMDA papier n°194
6.50 €
LMDA PDF n°194
4.00 €