La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Au cœur de la baston

février 2019 | Le Matricule des Anges n°200 | par Yann Fastier

La guerre de Sécession comme si vous y étiez. Shelby Foote donne la parole à des soldats des deux camps, officiers et simples troufions, pour raconter la bataille de Shiloh, l’une des plus sanglantes de la Guerre civile américaine. En matière de récit, le parangon de toute modernité reste évidemment celui de la bataille de Waterloo vécue par Fabrice dans La Chartreuse de Parme. Ce point de vue subjectif est au fond devenu le seul plausible et c’est aussi celui que l’on adopte ici, comme le seul propre à rendre la réalité de la guerre : un vaste bordel où personne ne sait très bien où est qui et qui fait quoi ni pourquoi, où tout peut basculer à tout moment, les plus téméraires céder soudain à la panique et le sort de la campagne se jouer sur un coup de dés. « Personne ne procéderait jamais de cette manière », raisonne ironiquement le soldat Robert Winter. « Ce serait trop confus. Qu’on écrive ou qu’on lise, on veut voir les choses du point de vue de ce gros Œil dans le ciel, comme si on était Dieu. » Dieu étant mort entre-temps, Shelby Foote (1916-2005) agit en romancier qui, s’il privilégie les trajectoires individuelles, sait aussi bien les croiser et les relier de manière à donner au bout du compte un tableau assez lisible et complet de la bataille. Car au contraire d’un Stephen Crane, dont La Conquête du courage prenait prétexte de la Guerre civile pour démontrer l’inanité de toutes les guerres, Shelby Foote n’oublie jamais qu’il est aussi l’auteur de The Civil War, une somme historique de plus de 3000 pages : pas un bouton ne manque ici aux uniformes, pas une ligne, pas une phrase, pas un détail qui ne sonne comme un fait vrai, recoupé et vérifié. La grande force de Shiloh – ce qui en fait un classique étudié depuis longtemps dans les écoles américaines, même s’il est ici traduit pour la première fois –, c’est précisément de parvenir à faire vivre cette érudition sans jamais la plaquer sur un récit dont l’humanité, dans toute sa misère et toute sa beauté, reste le ressort universel.

Yann Fastier

Shiloh, de Shelby Foote, traduit de l’anglais (États-Unis) par Olivier
Deparis, Rivages, 200 pages, 20

Au cœur de la baston Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°200 , février 2019.
LMDA papier n°200
7.00 €
LMDA PDF n°200
4.00 €