La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Lait noir

février 2019 | Le Matricule des Anges n°200 | par Laurence Cazaux

Thomas est un adolescent allemand mal dans sa peau. Il adore les voyages scolaires parce qu’ils lui permettent de draguer les filles. Solitaire, il se lie d’amitié avec un jeune voyou néonazi qui l’entraîne dans des attaques homophobes et racistes. Menacé d’exclusion, on lui propose un voyage en dernière chance : « Quand notre prof est venu nous annoncer qu’on partait en voyage scolaire à Auschwitz, j’ai d’abord cru que c’était quelque part en Suisse. Je me souvenais d’un canton qui s’appelait Schwyzt ou quelque chose comme ça. Va savoir pour quoi. Je pensais qu’on allait faire de l’alpinisme. J’avais même emporté des chaussures de marche. » Ce qu’il va découvrir va tellement bouleverser l’adolescent qu’il brûle son passeport, refuse de parler sa langue natale et s’enfuit. Arrêté au commissariat, un policier polonais, qui se nomme presque comme lui, Tomasz, va chercher à comprendre l’errance du jeune homme. Cet interrogatoire se fait en plusieurs langues, anglais, allemand, polonais ou français, suivant les refus de parler du garçon. Les deux Thomas(z) vont au bout du compte s’apprivoiser, se raconter, se dévoiler un peu et faire tomber quelques barrières. Dans le même temps, la fille du policier, Isabella, découvre dans le grenier de sa maison un journal intime écrit par une certaine Marika en 1941-1942. Un lourd secret de famille va exploser au grand jour. Lait noir se lit d’une traite, un peu comme roman policier doublé d’un journal intime. Le texte est construit de manière très dynamique, non linéaire, avec une première séquence de présentation des personnages, puis des scènes de confrontation entrecoupées des passages du journal intime. Le lecteur s’attache aux personnages, curieux de découvrir les différentes histoires. Un extrait d’un poème de Paul Celan, Fugue de mort, forme un épilogue au texte et lui a même donné son titre Lait noir. L.C.

Lait noir d’Holger Schober
Traduit de l’allemand (Autriche) par Laurent Muhleisen, Espaces 34, 80 pages, 14

Le Matricule des Anges n°200 , février 2019.
LMDA papier n°200
7.00 €
LMDA PDF n°200
4.00 €