La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Pays d’en haut : entretiens avec Fabrice Lardreau

mars 2019 | Le Matricule des Anges n°201 | par Chloé Brendlé

Le Pays d’en haut : entretiens avec Fabrice Lardreau

Montagnards et écrivains partageraient un goût commun pour un certain dépassement de soi. » Ce n’est pourtant pas à la hauteur des sommets que se mesure l’auteure de cette phrase mais à la beauté âpre de son Cantal natal, qui fait la matière de son œuvre depuis presque vingt ans. Après Michel Butor et Philippe Claudel, la toute jeune collection « Versant intime » accueille l’écrivaine des Derniers Indiens (2008) de l’inoubliable Annonce (2009), de Joseph (2014) ou encore de Nos vies (2017) : Marie-Hélène Lafon. Qu’est-ce que cela fait de grandir dans un monde rural en train de finir ? Quel genre de vie forgent des puys, des vallées, des blaireaux routiniers et des animaux destinés au garde-manger ? Dans ce précieux recueil d’entretiens nommé Le Pays d’en haut et premier du genre consacré à l’auteure, Marie-Hélène Lafon répond aux questions de Fabrice Lardreau et revient sur la «  leçon de corps des pays » qui façonne bon gré mal gré tout écrivain et sur le sentiment d’insularité qui la poursuit jusqu’à Paris. On a plaisir à reconnaître et s’attarder sur le vocabulaire à la fois précis et décalé de l’auteure, évoquant le climat « rechigné » et la « sauvagine  » de son pays, à goûter ses mots qui malaxent et la langue et les corps : « pâte », « doublure des choses ». Pénétrer dans les terres de Lafon, c’est être de plain-pied avec la matière ; on le sait d’autant mieux depuis Chantiers (Éditions des Busclats, 2015), recueil dans lequel l’auteure s’essayait à l’autoanalyse. Mais c’est aussi un « orgueil féroce » qui transparaît et répond à la honte d’une autre transfuge, mais de terres plates, Annie Ernaux. La brève et savoureuse anthologie qui suit les entretiens et salue des compagnons d’en haut, Giono, mais aussi Gracq, Vialatte, et Jean Ferrat fait surgir la sensualité, la tendresse et même l’humour de l’auteure. Une question reste, faisant brèche vers le futur, celui du monde et de l’écriture : comment préserver notre « fond animal », voire « rupestre » ?

Chloé Brendlé

Le Pays d’en haut de Fabrice Lardreau
Arthaud, 150 pages, 13

Le Matricule des Anges n°201 , mars 2019.
LMDA papier n°201
6.50 €
LMDA PDF n°201
4.00 €