La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Fair-play

mars 2019 | Le Matricule des Anges n°201 | par Camille Cloarec

Le dernier ouvrage de l’auteure, peintre et féministe suédoise Tove Jansson (1914-2001) est disponible en français grâce aux excellentes éditions La Peuplade. Déroulant le quotidien paisible de Jonna et Mari, un couple de femmes artistes d’un certain âge, le roman se découpe en petits chapitres qui sont autant de saynètes tantôt malicieuses, tantôt bouleversantes. Leur vie simple entre leurs ateliers à Helsinki et leur maison sur une île, pétrie de petites habitudes et de conversations complices, s’attarde avec un émerveillement presque naïf sur les surprises que renferme la nature. Une tempête marine, l’apparition d’un goéland, la neige précoce sont autant d’événements qui colorent leurs calmes journées. Cette quiétude est à peine troublée par des grands voyages (une expédition en Arizona, durant laquelle elles s’essayent au film), des visites impromptues (le curieux correspondant de Mari) et un peu de jalousie (quant à l’omniprésence de l’élève de Jonna). L’atmosphère studieuse qui règne entre elles, mélange de travail obstiné et de liberté marginale pour l’époque, n’est jamais vraiment ébranlée. Ce que ces deux femmes poursuivent, à travers leur rigueur et leur exigence de chaque instant, n’est autre qu’une forme d’ascèse : celle de faire de sa vie une œuvre d’art. Dans le silence, la solitude et les doutes, elles questionnent sans en avoir l’air le sens profond des choses (« Essaie une fois pour toutes de noter ce qu’est le sens de la vie et fais une photocopie, comme ça tu pourras t’en servir de nouveau la prochaine fois. »), les relations amoureuses (« Une idée audacieuse était en train de prendre forme dans son esprit : celle d’une solitude, rien qu’à elle, paisible et pleine de possibilités. Une fantaisie que l’on peut se permettre quand on a le bonheur d’être aimé. »), la démarche artistique. Avec Fair-play, Tove Jansson nous offre donc un récit d’une subtile douceur et d’un singulier avant-gardisme.

Camille Cloarec

Fair-play de Tove Jansson
Traduit du suédois par Agneta Ségol
La Peuplade, 160 pages, 18

Le Matricule des Anges n°201 , mars 2019.
LMDA papier n°201
6.50 €
LMDA PDF n°201
4.00 €