La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Des humains sur fond blanc de Jean-Baptiste Maudet

janvier 2020 | Le Matricule des Anges n°209 | par Dominique Aussenac

Des humains sur fond blanc

Cette formule empruntée au géographe anarchiste Élisée Reclus : « L’histoire n’est que la géographie dans le temps comme la géographie n’est que l’histoire dans l’espace. » Jean-Baptiste Maudet l’a prise au pied de la lettre. Géographe muté en faiseur d’histoires, ses scénarios mettent en branle de truculentes courses-poursuites à travers le monde. Matador Yankee (Le Passage, 2019) évoluait entre Mexique et États-Unis, celui-ci nous entraîne de la mer Noire au Grand Nord sibérien. Tatiana, scientifique moscovite, grande gueule féministe est envoyée par un chef « pétomane ventriloque obsédé de la chatte ! », en Yakoutie à la recherche de rennes radioactifs. Elle embarque avec la jeune Neva, championne de patins à glace et interprète, à bord d’un Antonov piloté par un vieux soldat soviétique, picaresque à souhait. L’avion se crashe ! À défaut de rennes aux yeux phosphorescents, c’est à un dépeçage sauvage de mammouths décongelés par la lie de la lie de l’ex-lumpenprolétariat, d’anciens bagnards – les zeks –, managés par un pléonasme contemporain, un Chinois avide, qu’ils seront confrontés.
Roman-shaker, mixant tous les genres, fable, thriller, fantastique, satire, épopée, ce nouvel opus aux accents surréalistes – on pense à Sur le fleuve Amour de Joseph Delteil – est multivitaminé par des accélérations cinématographiques à la Mad Max et infusée de Soupe au canard des frères Marx. D’une créativité déjantée, autant sur le plan de la narration que celui de l’écriture et des dialogues, Jean-Baptiste Maudet franchit allégrement le cap du deuxième roman, même si nous eussions aimé voir ici comme dans le précédent, quelques passes entre des toreros de l’ex-KGB et des mammouths fantômes réactivés. Quant à Tatiana, elle démissionnera. « Elle accepte de vivre comme un humain parmi d’autres, sans trop juger les fous, sans trop blâmer les faibles, sans trop se retourner, un humain sur fond blanc à l’écoute de l’indécente poésie du monde. »
Dominique Aussenac

Le Passage, 160 pages, 18

Des humains sur fond blanc de Jean-Baptiste Maudet Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°209 , janvier 2020.
LMDA papier n°209
6.50 €
LMDA PDF n°209
4.00 €