La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches En résistance à la guerre

mars 2022 | Le Matricule des Anges n°231 | par Yann Fastier

D’un conflit oublié, Mario Rigoni Stern tire un récit bouleversant de sincérité.

Requiem pour un alpiniste

On peut avoir le sentiment que tout a déjà été dit sur Mario Rigoni Stern, y compris et surtout dans ces pages. Cela ne doit pas empêcher de le redire, encore et toujours, avec une urgence d’autant plus grande que les bruits de botte se font chaque jour un peu plus forts et, cette fois, jusqu’à nos portes. Car, s’il ne fut pas le seul, la guerre reste le thème central d’une œuvre dont la nécessité ne cesse de croître avec le temps. On n’en voudra pour preuve ces deux rééditions dans le toujours impeccable « Domaine étranger » de Jean-Claude Zylberstein, quel que soit l’éditeur qui l’accueille.
En guerre a pour objet les campagnes de France et d’Albanie de 1940-1941. Très brève – la France s’apprêtait à capituler – l’expédition française fait un peu figure de partie de campagne pour le jeune chasseur alpin de 19 ans qu’était alors Mario Rigoni Stern. La désastreuse affaire albanaise, en revanche, pourrait servir de prélude à son fameux Sergent dans la neige, pour peu qu’on y ajoute la montagne et la boue. En octobre 1940, Mussolini, avec son flair habituel, entreprend de conquérir la Grèce depuis l’Albanie, annexée l’année précédente. L’expédition tourne vite au fiasco devant la résistance inattendue de l’armée grecque appuyée par l’aviation anglaise et, au bout de quelques semaines, ce sont les Italiens eux-mêmes qui se retrouvent à devoir défendre leurs positions dans ces montagnes albanaises où des milliers de soldats des deux camps perdront la vie. Mario Rigoni Stern était avec eux et, très tôt, devait considérer de son devoir de survivant de témoigner pour les victimes d’une guerre qui n’était pas, n’avait jamais été la leur. Car, il faut le redire, ici comme en URSS, cette armée n’était pas foncièrement fasciste et nombre de ceux qui survécurent devaient rejoindre les rangs des partisans dès l’armistice. Aussi ne sera-t-il jamais ici question d’exploits héroïques : leur courage, les soldats le réservent avant tout pour survivre à la faim, au froid, aux poux, leurs seuls véritables ennemis. « La guerre, la paix, la victoire, le Duce, le roi empereur sont des sujets qui ne nous concernent pas » résume Rigoni Stern, réservant sa tendresse à ses compagnons de misère, à ces humbles dont il entend humblement perpétuer le souvenir, sans pathos, avec une simplicité qui va droit au cœur et fait de lui, bien plus qu’un mémorialiste, l’un des plus grands écrivains de la guerre. Qu’il évoque le feu, dont « les étincelles sont des parcelles de notre vie qui s’en vont » ou bien la vision déchirante et dantesque d’un train de mulets s’enfonçant dans la boue, son style, tout de pudeur et de sincérité, touche plus sûrement à la vérité des choses que bien des proses plus ouvertement travaillées. De même n’a-t-il pas besoin de faire donner toute la lyre quand il s’agit d’évoquer une nature dont la beauté lui servira souvent d’antidote à l’horreur : ainsi ce grand lac bleu, auprès duquel « même le petit lac de la crèche n’était pas si beau ».
Mais cette simplicité n’est rien sans la fraternité et Mario Rigoni Stern n’a pas son pareil – sinon, peut-être, un Panaït Istrati – pour tendre la main à ceux qu’il reconnaît pour siens, qu’ils soient Italiens, Russes ou bien Grecs et jusqu’à ce vieux bougon de colonel avec lequel il développe à bas bruit une relation presque filiale.
Recueil d’articles de circonstance, Requiem pour un alpiniste, s’il n’a pas l’ampleur du précédent, en prolonge cependant les échos en rendant un hommage émouvant à plusieurs de ceux-là qui, mieux que de héros, méritèrent le nom d’hommes.

Yann Fastier

En guerre : campagnes de France et d’Albanie, 1940-1941

et Requiem pour un alpiniste
Mario Rigoni Stern
Traduits de l’italien et préfacés par Marie-Hélène Angelini
Les Belles lettres, 172 et 149 pages, 13,50 chaque.
À noter la parution de Altipiano. Cheminer avec Mario Rigoni Stern (textes et photographies) de Loïc Seron (Rue d’Ulm,
239 pages, 22 )

En résistance à la guerre Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°231 , mars 2022.
LMDA papier n°231
6,50 
LMDA PDF n°231
4,00