La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Michel Surya
La pensée à l’œuvre

juin 2022 | Le Matricule des Anges n°234 | par Thierry Guichard

Le Monde des amants / L’Éternel Retour semble rassembler en lui toute l’œuvre de Michel Surya et celles aussi des écrivains et penseurs qu’il ressuscite. Monumental.

Le Monde des amants / L’Éternel retour

Roman double et infini, le nouvel opus de Michel Surya fait partie des rares livres que mille lectures ne sauraient épuiser. Dense et exigeant autant dans la pensée qui emporte le lecteur que dans les phrases méandreuses et puissantes qui parfois le submergent, il fonde un genre particulier propre à accueillir toute la littérature qui compte (de Kafka à Lowry) comme la pensée portée au plus tranchant de l’expérience et ce, sans jamais donner de prise ni au divertissement ni aux afféteries de façade. Le genre de livre à partir duquel des centaines d’autres s’écriront. Demain, ou dans un siècle.

Michel Surya, les éditions L’Extrême Contemporain publient un double roman dans lequel on retrouve L’Éternel Retour publié une première fois par Lignes et Léo Scheer en 2006 et Le Monde des amants qui s’y adjoint, reprenant même, à un mot près, le texte des quatre premières pages de L’Éternel Retour. Le Monde des amants est-il né du corps de L’Éternel Retour ?
Né de lui ? Oui. Encore qu’à l’envers, pour peu que je tente moi-même de comprendre. À l’envers, je m’explique : c’est du « retrait » du corps de L’Éternel retour que Le Monde des amants est né. Je peux tenter de le dire mieux : en me retirant de ce corps que je m’étais inventé (un livre peut aussi et longtemps tenir lieu de corps), mais prématurément. Autrement dit, regrettant aussitôt d’y avoir mis un terme et permis (désiré même) sa publication. Parce que j’ai presque tout de suite su que ce livre – L’Éternel Retour – ne pourrait pas s’arrêter là. Parce que j’ai presque tout de suite supposé qu’il arriverait qu’il ne s’arrête pas, peut-être jamais. Parce que c’est le cas de certains livres qu’ils n’appartiennent pas à ceux qui les ont écrits, ou qu’il n’appartienne pas à ceux qui les ont écrits de savoir s’ils les ont écrits assez. Assez, je veux dire au point d’eux-mêmes décider s’ils sont achevés. Mais tout est plus troublant encore. Achever un tel livre ne pouvait pas être donné à qui l’avait écrit dès lors que celui qu’il l’avait écrit s’était mis en tête (manque manifeste de modestie, en tout cas de discrétion) de l’intituler L’Éternel Retour. Un tel titre, pour peu qu’on y croie (et il faut beaucoup croire pour écrire autant de pages), pour peu qu’on croie à ce que Nietzsche a pensé le nommant ainsi, se surimpose à qui a prétendu l’adopter, pire : se l’approprier. L’idée de devenir l’auteur d’un seul livre auquel tout entier s’identifier et identifier tout le temps de son existence, en aura tenté plus d’un – moi à mon tour. Prêtant à celle-ci une unité qu’elle ne pourrait pas avoir autrement – je veux dire : qui ne pourrait pas se voir autrement.

Quel sens cela revêt-il pour vous que les deux textes soient ainsi rassemblés, tête-bêche, en un même livre ?
Ce sens-là, justement, le plus grand sens : d’une unité, qui aura failli être perdue, par ma faute, et n’aura été retrouvée que par mon repentir (au sens où on le dit en peinture). C’est-à-dire,...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°234
6,50 
LMDA PDF n°234
4,00