La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Catherine Dupérou

Articles

Cette révolte appelée poésie Annie Le Brun est un esprit insoumis et radical. La parution de ses poèmes, enfin réunis, et la réédition en poche de son essai Du trop de réalité nous immerge dans un univers peuplé d’images à l’érotisme noir et de pensées réfractaires à tout compromis. En 1977, année punk, une jeune femme, Annie Le Brun, noire brindille de jais tranchant jetait une bombe à la face puritaine des néoféministes, Lâchez tout. Auteure d’ouvrages poétiques, réédités aujourd’hui, elle sera alors remarquée par Jean-Jacques Pauvert, qui lui demandera une préface à l’édition des œuvres complètes de Sade, puis à celles de Raymond Roussel. Fidèle à ses amours, la poésie et l’insoumission, elle continue de porter, envers et contre tous, un regard implacable sur notre époque. Et à écrire, « comme on force une porte ». Comment êtes-vous allée vers la poésie ?...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Le plaisir des langages

Avec Les Ambitions désavouées, Alain Fleischer nous donne à lire un roman d’aventures baroque. Où la langue, à l’instar du héros de son livre, explore des territoires enfouis. Né à Paris en 1944, Alain Fleischer a été, comme Léo Tigerman, le léonin héros de son nouveau roman, hongrois pendant dix ans. Jusqu’à ce que son père se fasse naturaliser français. À la maison, tout le monde parlait le français avec un fort accent étranger : hongrois pour son père, espagnol pour sa mère et anglais pour sa tante. Promis à une brillante carrière universitaire, il bifurque...
janvier 2003
Le Matricule des Anges n°42

L' Homme ouvert (Fautrier)

de Fabrice Gabriel

L’atelier imaginaire

Le livre de Fabrice Gabriel inaugure aux éditions Chatelain-Julien une nouvelle collection -« Pour voir »- consacrée à la peinture. À la lisière de l’essai et de la monographie, s’instaure un dialogue entre l’œuvre de Jean Fautrier (1898-1964) et les mots de l’auteur qui la regarde, sur le motif. En 33 « stations » l’on est invité à visiter un musée imaginaire, à suivre le parcours rêvé de...
novembre 2002
Le Matricule des Anges n°41

Mon amour ma vie

de Claudie Gallay

Mon amour ma vie

Mon amour ma vie« c’est la phrase magique que Mam’ lance à son fils, quand l’envie lui prend de le serrer. Le sésame qui ouvre à Dan le cœur de cette mère fantasque. C’est aussi l’histoire du clan des Pazzati, illustre famille de romanis déchue. Histoire échouée sous le périph’ d’une ville quelconque, en marge du monde. Celui des gens d’en haut, qui passent rapides, caparaçonnées dans leurs...
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40

Journal d’une serveuse de cafétéria

de Anne Buisson

Plat(eau) de résistance

La narratrice du premier roman d’Anne Buisson est serveuse dans une cafétéria. Elle attend les clients, remplit, puis vide leurs assiettes avec le sourire. Elle observe aussi le petit monde de ce biotope alimentaire. Et note les épisodes de cette « vie ordinaire », expression choisie comme sous-titre au Journal. « J’écris ce journal pour montrer l’usure et me demander pourquoi j’en réchappe....
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40