La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Edmond Caumat, deuxième classe

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16

Edmond Caumat, deuxième classe

Edmond Caumat n’est pas un seconde classe comme les autres. Instruit et sensible, il n’aurait jamais dû être volontaire pour l’Indochine. Seulement voilà : enfant il avait rêvé que son père mettrait une bonne déculottée aux Allemands venus conquérir la France pour la belle moustache d’Hitler. Son père a fait comme beaucoup d’autres : un rapide aller-retour au front et, une fois revenu défait, il s’est trouvé bien confortable dans ses chaussons.Honte et colère du fils qui, la majorité atteinte, s’engagera.
Lorsque débute le roman, Edmond Caumat n’est pas en bonne forme.D’abord il est blessé, il lui manque même trois doigts qui sont allés s’accrocher aux branches d’un arbuste.Ensuite, il n’a plus beaucoup d’amis…vivants.Sa section vient d’être victime d’une embuscade et il reste le seul valide.L’autre rescapé, Bania le géant sénégalais, est mal en point. Si dans ce qu’il dit, le roman est grave, l’écriture de Jean Debernard contraste par sa légèreté, sa finesse. Amoureux des mots, ayant lu assurément Nimier, l’auteur est un habile conteur.Et les quelques anachronismes qui traînent ici ou là n’y changent rien. Quant aux pages d’amour de ce roman sur la guerre, elles sont un bonheur de lecture absolu.

Climats
220 pages, 100 FF

Edmond Caumat, deuxième classe
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.