La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Aflicion pour bivalve

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Dominique Aussenac

Eloge de la palourde

Il y a dans la palourde quelque chose du mystère qu’engendre l’infiniment simple, la forme pure, répétée, invariable.« Marc Le Gros, enseignant breton, a décidé de réhabiliter ce bivalve modeste, secret et féminin. Il l’oppose aux autres mollusques comestibles. L’huître particulièrement stigmatise toute sa haine. Il n’hésite pas à diviser le monde en deux. D’un côté les soudards tonitruants, gloutons de creuses ou de plates, de l’autre, les contemplatifs, qui rêvent une palourde à la main. »Hemingway, Montherlant et Jean Cau, grands machistes et grandes gueules, aficionados de surcroît… furent de remarquables ouvreurs d’huîtres. Joseph Joubert et Jean Grenier, Suarès aussi, qui la pêchait à la fin du siècle dernier, du côté de Sainte-Marine et de l’île Tudy, préféraient la palourde.« D’une grande érudition, Marc Le Gros conjugue la palourde à tous les temps, tous les arts : peinture, littérature, tauromachie et flamenco. La palourde est rythme, cadence. Il la confronte aux écrits de Marguerite Yourcenar, Philippe Sollers ou Francis Ponge à qui il fait ce reproche : »Et quelle extraordinaire faute de regard, lorsque dans un texte célèbre, il voit dans l’abricot « la palourde des vergers ».« L’Éloge de la palourde est un recueil de textes assez courts, ponctués de références scientifiques ou littéraires. Le ton oscille entre humour et gravité. L’écriture de Marc Le Gros est d’une facture classique, parfois précieuse, jamais pédante. À certains moments, elle devient incantatoire et provoque de merveilleuses anamorphoses qui se marient somptueusement avec les dessins de la coquille de notre lamellibranche. À d’autres, l’écrivain se fait aquarelliste et nous offre quelques lignes d’une sensualité rare, la danse d’amour des palourdes : »L’entrebâillement des valves laissait entrevoir un très fin liseré vibratile, rose chez les plus jeunes, ivoire chez les grosses. Mais c’étaient les siphons, ces petits pis gonflés dont les extrémités percées étaient frangé

Éloge de la palourde
Marc Le Gros

Flammarion
147 pages, 72 FF

Aflicion pour bivalve Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.