La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Carnet d’un modeste

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16

Je m’ennuie sur terre

Lire Jean-Pierre Georges, c’est se lier d’amitié. D’une amitié qui n’a besoin que du silence : Jean-Pierre Georges et son lecteur se comprennent, ils partagent le même désir taraudant qui résonne dans la solitude, dans le gouffre que l’on cache en nous : « Je veux vivre/ mais ma peau me sépare du monde ». Dans Je m’ennuie sur terre que l’on a du mal à considérer comme un long poème, Jean-Pierre Georges déroule, avec une modestie parfois trop marquée, une confession écrite, sinon au fil de la plume du moins à celui du temps. On retrouve certaines des obsessions, ou plutôt des amours, du poète, à commencer par ces jeunes filles « en jupette et jambes de soleil », ou « vêtues de (leur) seul bronzage ». On y retrouve aussi l’amour du tennis et du Tour de France. Jean-Pierre Georges a beau ne pas se considérer comme un grand albatros aux ailes trop longues, il s’empêtre avec une belle régularité dans les actions quotidiennes que la vie nous réclame. L’absence de poésie, l’incommensurable fossé qu’il ne parvient pas à franchir pour être de plain-pied dans notre monde moderne lui inspirent quelques pages qui, en plus d’être drôles, recèlent une poésie de l’immédiat, du pas grand-chose : « Facile d’être stoïque quand ça roule/ pas difficile d’être odieux/ à la cafétéria du Mammouth de Chambray-/ lès-Tours et de gâcher la vie de/ 2 personnes ô ma femme mon fils / vous fûtes exemplaires conciliants/ irréprochables car finalement nous/ l’eûmes ce filet de poisson béarnaise ». Poésie du dérisoire dans laquelle finalement, comme dans un miroir de foire, nous sommes bien contents d’y voir l’image de l’auteur. Les miroirs déformant étant drôles pour ceux qui ne s’y reflètent pas. On aurait tort de voir dans cette prose (malgré de nombreuses scories, des phrases inutiles et un peu faibles) une littérature au rabais. Car il y a un enjeu esthétique réel à défendre un champ littéraire sur lequel viennent folâtrer des auteurs comme François de Cornière ou Valérie Rouzeau.

Je m’ennuie sur terre
Jean-Pierre Georges

Le Dé bleu
72 pages, 72 FF

Carnet d’un modeste
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.