La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie La fenêtre immobile

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Emmanuel Laugier

Premier recueil de poèmes d’un professeur de lettres de 37 ans, La Fenêtre immobile, c’est juste le lieu d’où les yeux voient. Il y a des mouvements, des bruits, des éclats de son et de lumière partout, le jour lui-même devient une grande chaufferie grondante. Ce recueil est d’abord un concentré d’énergies. Des fragments de proses qui se mêlent à des vers concis et courts ressort la topologie d’une maison cernée par sa cour, du chien qui y traîne au ciel et à la terre alentour, des êtres qui y vivent lentement aux bruits de fourchettes et couteaux dans la porcelaine de l’évier. Dans l’immobilité, il y a des tintements vifs et pointus, une petite mécanique discrète mais active. Thierry Martin-Scherrer se tient dans ces contrastes, et tout, dans son écriture, est un balancement constant entre la lenteur d’un temps qui ne passe pas et ce qui vient toujours le miner, le faire sortir de sa gangue, l’exploser. Autant de bouts de réel, enfouis dans des fragments de vies quotidiennes : « Pas du chien sur la cour. Fête des pas perdus, écheveau/confus de ses fidélités, de ses attaches brutes : la mare,/le soleil, son compagnon tremblant sous la dictée du jour. »

Lettres vives
80 pages, 94 FF

La fenêtre immobile Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.