La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le poète-wombat

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Didier Garcia

Garde-Manche hypocrite

Les textes de Philippe Beck ne sont ni « fumier de la prose » ni « fumier du poème », mais tour à tour du côté de la prose et du côté du poème, dans un compromis qui ne néglige ni l’un ni l’autre, adopte l’un et l’autre, parvient même à créer comme une complémentarité entre les deux -une proximité que l’on croirait inédite.
Dans ce livre (la première publication de cet auteur), alternent des passages obscurs (une obscurité assez mallarméenne finalement, donc séduisante, énigmatique) et des passages où le sens se donne sans résistance dans des sortes de trouées sémantiques qui perforent la densité du phrasé. Mais que ce soit dans la limpidité ou dans l’épaisseur, c’est « l’obstination cinétique » (même la solitude fonce ici à « 300 000 km/seconde » !), signalée dès les premières pages, qui sert de vecteur durant la traversée du « bazar ambulatoire » du réel et qui emporte « le wombat-poète » (le wombat étant un marsupial) « vers le cercle des comportements rythmés ». Il pourrait bien s’agir d’une manière de quête, qui chercherait à pénétrer les arcanes du mouvement, à entrer dans la danse, à commencer par celle de la langue, une langue ici enrichie de nombreux mots obsolètes (d’ailleurs dès le titre : « Garde-Manche ») ou rares, comme ces « tessères » (tablettes ou jetons de l’Antiquité Romaine) « afrumentaires » (antonyme improbable d’un adjectif signifiant : qui règle la distribution du blé)… « En période effroyable (fin du XXè siècle) », quand plusieurs s’inquiètent de l’affadissement de notre langue et s’alarment de ce qu’un nouveau sabir la menace, il ne peut être que rassurant de découvrir un auteur qui aime à refluer vers le passé, à courtiser les dictionnaires, sans qu’il soit question de passéisme. C’est qu’une fois encore, il s’agit, d’abord, de trouver sa langue.

Garde-manche hypocrite
Philippe Beck
Fourbis, 64 pages, 65 FF

Le poète-wombat Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4.00 €