La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le poète et les fantômes

octobre 1999 | Le Matricule des Anges n°28 | par Éric Dussert

Atavismes et nostalgies

Butoirs rouillés de la mémoire

Christian Bachelin ouvre l’une de ses boîtes à souvenirs. Il l’a intitulée Atavismes et nostalgies parce que ce poème est une évocation de son histoire personnelle (nostalgie) et des figures familiales de son père noyé (atavisme), de sa mère et de sa femme disparues. Sa partition est douloureuse mais il la décline en « bonheur nostalgique », « fermentation des impressions » pour soulever d’« imperméables amnésiques » et aboutir dans les Butoirs rouillés de la mémoire, titre d’un autre recueil.
On devine quel poète il est dès ses premiers mots. Pudique emballeur, il fait le coup de poing avec des images puissantes mêlées parfois de fatrasies complices, des images franches qui se gravent vite dans l’esprit : « Le cambouis se méfie des marteaux », l’oublierait-on ?
Après neuf volumes de vers et une première prose, l’admirable Soir de la mémoire (Méréal, 1998), il fait de désastreux constats et s’assure de « ne plus être en tout que le moindre fait divers ». De tels mots d’échec attirent le soupçon sur une existence terrible et sa corollaire, la solitude. Aujourd’hui fantomatique, Christian Bachelin est né en 1933 à Compiègne. Il fut enfant de troupe avant d’occuper de petits boulots jusqu’au début des années 1990. Après c’est la déroute, il est « englouti dans un tourbillon immobile » dit son ami Yves Martin qui le comparait à Strindberg. Retiré du monde, il n’écrit plus et publie quand il le peut ses poèmes dont la forte charpente, la portée lyrique ou musicale, l’éclat d’évidence lui offrent d’équitables opportunités. Celle, notamment, d’entrer au catalogue de l’éditeur-typographe Jean Le Mauve qui a fait d’Atavismes et nostalgies une authentique merveille. On n’en dira pas autant de Butoirs rouillés de la mémoire littéralement saboté par un éditeur indélicat. Fort heureusement, la poésie de Bachelin ne se dissout pas dans les coquilles. Elle mérite néanmoins beaucoup d’attention. Le message vaut aussi pour les lecteurs.

Christian Bachelin
Atavismes et nostalgies

L’Arbre éd.
(7, rue d’Hameret, 02370 Aizy-Jouy)

Butoirs rouillés de la mémoire
La Bartavelle
43 et 128 pages, 60 et 100 FF

Le poète et les fantômes Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°28 , octobre 1999.
LMDA PDF n°28
4,00 €