La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Vie = poésie

mars 2000 | Le Matricule des Anges n°30 | par Marie-Laure Picot

Après Mathématique :, Poésie : ajoute un quatrième volume au "traité de mémoires" de Jacques Roubaud. Suite d’un "présent continu de prose".

Parvenu à la quatrième branche de son œuvre autobiographique, sans doute le moment est-il venu pour le poète-mathématicien Jacques Roubaud de s’expliquer de manière plus frontale sur sa vie « en poésie ». Pour mémoire, l’auteur a entrepris depuis un certain nombre d’années d’écrire une œuvre de prose selon une orientation qui lui serait apparue en rêve, lui imposant pour sa vie future un roman à écrire (dont le titre devait être Le Grand Incendie de Londres) et l’accomplissement d’un « Projet » qui serait à la fois projet de poésie et de mathématique. De l’échec du projet de roman, une narration (dont Poésie : est le quatrième volume paru), a pris forme, relatant et commentant les événements qui ont précédé ou suivi ce rêve du point de vue strict de ce qu’il dictait au rêveur : « Il me fallait faire de la poésie plutôt que rien, faire de la mathématique plutôt que rien ; qu’il y ait cela dans ma vie plutôt que rien ; mais sans promesses d’aucune sorte, ni d’accomplissement, ni de bonheur »
Pour le lecteur assidu à cette œuvre, outre la promesse d’apprendre moult détails supplémentaires, sur la vie de l’auteur, sur sa vie mathématique et sur sa vie en poésie, il y a d’abord celle qui consiste à aller se perdre dans cette prose sinueuse, jalonnée d’incises et de bifurcations, cette « oda continua » aussi, comme on reprend un chemin de randonnée dont on a presque oublié le tracé mais dont on sait à l’avance le plaisir qu’on pourra y trouver.
La poésie selon l’expérience de Jacques Roubaud n’est pas étrangère à celle de la marche : « Un certain ébranlement rythmique, résultat de l’alternance fatale de l’arsis et de la thesis (…) le flip-flop du lever-tomber du pied droit puis du pied gauche et réciproquement (…), se transmet au cerveau, où il suscite l’éveil des images, des images de mémoire, les images-mémoire qui sont la matière première de la poésie. » « Image-langue », « image-souvenir », « ruminement (rumination + cheminement) » sont les termes utilisés par l’auteur pour tenter la description la plus précise possible de son expérience de la poésie « au commencement ». Et au commencement seulement. Car la poésie selon Jacques Roubaud est tout sauf ce « qui sert aujourd’hui à désigner bien des choses -le roman, la chanson, le Plan, les couchers de soleil, etc. » De même, précise l’auteur au chapitre premier : « il est vain de poursuivre (poétiquement s’entend) le renard des images-souvenirs. Car la poésie n’a pas affaire avec l’intention (sinon à contresens, peut-être). » ou plus loin encore, comme axiome de comportement en poésie, il écrit ceci : « Je n’ai pas d’inspiration mathématique ; je n’ai pas besoin d’inspiration en poésie. » Les prises de positions, les coups de bec dont Jacques Roubaud essayiste à déjà eu l’occasion de dérouler l’argumentaire -dans Poésie etcetera, ménage, par exemple, pour le plus récent de ses essais paru en 1995 aux éditions Stock-, sont nombreux dans cette quatrième branche du Projet. Et au regard de cette trajectoire personnelle dont il s’applique à révéler dans les détails l’exemplaire dessin, -il aura passé une longue, très longue partie de sa vie à étudier, connaître, aimer, copier, apprendre les œuvres des plus grands poètes de ce monde, à inventer des tactiques (ou contraintes) pour tenter d’entrer en poésie, au regard de tout cela, les querelles d’écoles ne sont que broutilles.

Poésie :
Jacques Roubaud
Seuil
538 pages, 160 FF

Vie = poésie Par Marie-Laure Picot
Le Matricule des Anges n°30 , mars 2000.
LMDA PDF n°30
4.00 €