La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Masson, la mer, la mort

mars 2000 | Le Matricule des Anges n°30 | par Éric Dussert

Séance de rattrapage pour le poète chrétien et résistant Loys Masson. La réédition de deux romans signale un talent singulièrement puissant.

Le Notaire des Noirs

L’île Maurice est une colonie britannique depuis la Révolution française. Loys Masson y est né en décembre 1915 mais il a fait le choix de la France et de sa langue. Un choix réitéré puisqu’après avoir collaboré à des journaux francophones, il débarque à Paris en septembre 1939 et s’engage dans la Légion étrangère. Réformé, il se retrouve en mauvaise posture, car britannique, sur un territoire en guerre. En 1941, il fait la connaissance de Pierre Seghers qui l’emploie comme secrétaire de rédaction de la revue Poésie 41 à Villeneuve-lès-Avignon et fait paraître en 1942 son premier recueil de poèmes, Délivrez-nous du mal. Il ne cache pas le caractère religieux de son inspiration. Ses livres en portent tous la marque. Influence familiale du reste : son frère, le romancier André Masson fut marqué par un passage au séminaire. Souvent décrit comme un homme en colère, Loys Masson publie un appel à la révolte en 1941 dans Esprit. C’est le tout premier poème de la résistance, Notre-Dame des exodes.
En 1944, Léon-Gabriel Gros qui lui réservait une place dans ses Poètes Contemporains ne pouvait pas prévoir que la bure passerait de mode. Comme La Tour du Pin ou Pierre Emmanuel, autres poètes chrétiens, Masson a été mis à la trappe malgré la portée de ses écrits. Un plongeon avec Les Tortues convainc de l’injustice. Édité en 1956 par R. Laffont, le roman est en effet un authentique chef-d’œuvre servi par une très belle langue qui souligne de poésie et d’images admirables l’aventure, la métaphysique et le malheur. On pense à Conrad et Stevenson, Graham Greene, on convoque même Faulkner. Tout concourt à donner le vertige, ou un mal de mer. Il y a la variole qui décime l’équipage de La Rose de Mahé, la contrebande, l’ex-complice embarqué de force en même temps que les tortues géantes pour qu’il révèle l’emplacement de son trésor. Il y a un narrateur-lecteur des symboles menaçants qui voit un chandelier flotter dans le ciel, la poursuite du Bombay Noon, un bateau noir comme la mort précurseur du désastre, la lente installation de celui-ci. « Dans mon pays les cyclones s’annoncent plusieurs jours à l’avance. Ils dépêchent dans le ciel un chambellan de rouge au couchant. C’est le charitable ; le préfacier.(…) Nous étions aux limites de l’oasis où le sable recommence à s’amonceler en mamelons de la soif. Ces derniers jours furent les plus beaux. »
Le Notaire des Noirs est aussi enthousiasmant. Il partage avec Les Tortues des points communs : un narrateur qui se souvient des événements honnis, la confrontation des hommes et le huis clos. Les deux œuvres sont « enfermées ». L’action du premier se déroule sur le bateau néfaste et écœurant à cause des tortues qui s’y agitent. C’est un radeau de La Méduse. Quant à l’action du Notaire des Noirs elle se noue chez les Galantie, un couple stérile qui se déchire en silence. Dans une langue plus apaisée, dépouillée, ce roman de 1961 joue une autre histoire terrible. Un enfant entouré de ces êtres féroces meurt de comprendre que son père, escroc enfui, n’est pas le héros qu’il avait rêvé.
Il y a enfin l’exotisme d’un pays où les idées sont des « mangues mûres », où s’admire « l’éclat gris-rose de la pluie sur un champ d’ananas ». Et puis il y a le fantastique ténu d’un écrivain singulier qui écrit « L’araignée du silence me marchait sur la peau. » Ses livres admirables ont des vertus apéritives. Ils font espérer la suite. Les Noces de la vanille, Lagon de la miséricorde ou Les Anges noirs du trône, par exemple, dont les seuls titres constituent d’implacables incitations.

Loys Masson
Les Tortues

et Le Notaire des Noirs
André Dimanche éditeur
213 et 183 pages, 109 FF chacun

Masson, la mer, la mort Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°30 , mars 2000.
LMDA PDF n°30
4.00 €