La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Premiers romans Buitoni, Guevara, même combat

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Pierre Hild

Camille, étudiante en médecine, est de ces filles dont « on chuchotait le prénom dans les amphis tel un mot de passe ». Marc, plus flou, est un condisciple « sans détermination ni but précis », fils de médecin suivant ses études « comme un chien suit un maître ». Ce sont les années quatre-vingt, entre poster d’Andy Warhol, cliché de Guevara pour sa photogénie, cuvées de Nicolas, ravioli Buitoni. C’est libéral et provincial ; c’est fade, interchangeable, déjà mort.
Camille et Marc ont une relation, qui dure. Ils ne sont pas un couple, ils sont juste un modèle de couple : ce qu’une villa témoin est à un lieu de vie. Donc, on se marie, Venise est un voyage de noces, on ouvre cabinet de généraliste, on aime surtout la fin de journée quand on compte sa caisse. Camille, comme on bovaryse, lit tout le jour puis se met à écrire. Marc -croyant se détromper ? rester fidèle aux premiers âges ?- la trompe avec une amie d’enfance qui sent sous les aisselles, tient cabinet dentaire en face.
Sous le couvert d’une écriture lisse, de paragraphes et courts chapitres sagement pliés, Anthony Palou rend compte de trajectoires toutes tracées, d’une décennie où « changer la vie » peut faire slogan mais jamais corps. Jouant sur le vide, la superficialité, il donne un court texte qui agit comme en creux : ça semble vide, superficiel ; ça se révèle redoutable, désespéré. D’une écriture au style très col cassé, il tire un roman où le romanesque culmine dans le cliché de carte postale ; où l’on devient « héros », « c’est la première fois qu’on disait ça à Marc », le jour où l’on gratte dix mille francs au millionnaire, dans un café. Votre mère voulait faire un pli à vos jeans, au fer ? On dirait que ces deux-là, leur microcosme, marqués au fer, n’ont pu se défaire de ces plis. Morale : cette vie est dégueulasse.

Camille
Anthony Palou
Bartillat
140 pages, 75 FF

Buitoni, Guevara, même combat Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €