La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Visite bottes aux pieds

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Jérôme Pellissier

Boulevards des maréchaux

Denis Tillinac a entrepris le tour de la capitale, à pieds, par les boulevards des Maréchaux, souhaitant ainsi ranimer les figures napoléoniennes qui le faisaient rêver, enfant, et dresser le panorama de ce Paris qui, de porte en porte, trace la frontière entre la ville et ses banlieues. La moitié environ de son texte traîne laborieusement dans l’évocation des Maréchaux, entre biographie scolaire et portrait à la Guitry. L’atmosphère des bancs d’école de la Troisième république et l’esprit du cinéaste ne sont pas suffisamment éloignés néanmoins pour donner à ces pages le charme du suranné.
Le reste s’avère malheureusement pire. Il y avait pourtant beaucoup à dire sur le Paris de ces boulevards, où échouent nombre de ceux que la capitale ne veut pas accueillir en ses murs. Prostituées, en majorité étrangères, souvent droguées, parfois mineures, baladées de mains de macs en mains de bourgeois, immigrés perdus entre campagne et ville, entre boulots et chômage, dans un environnement hérissé de déchets d’urbanisme, de vieilles usines en déroute, de récentes constructions à but sportif ou culturel, de bistrots délabrés et de Mc Donald’s pimpants. Tillinac, pourtant, voit : il évoque d’un ton léger ces figures croisées le temps d’une balade, il ose -suprême courage de l’écrivain-reporter- demander à une prostituée ses tarifs, il note très régulièrement les variations des couleurs de peaux. Il voit, il note. Sans plus. Caméra sans âme qui effleure les êtres et les choses sans jamais s’y poser. Les boulevards et leurs habitants ne semblent à ses yeux qu’un décor, à la vitrine d’un magasin, peuplé de figurines les unes en plomb, les autres en plastique qui tournent : un maréchal, une pute, un noir, une pute, un arabe, un maréchal, etc.
S’attaquant à la Comédie humaine, Balzac avait choisi Napoléon pour modèle. Tillinac a opté pour les Maréchaux. Les résultats reflètent les ambitions.

Boulevards des Maréchaux
Denis Tillinac

Le Dilettante
140 pages, 85 FF

Visite bottes aux pieds Par Jérôme Pellissier
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4,00 €