La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Satan et le sanatorium

mars 2002 | Le Matricule des Anges n°38 | par Pierre Hild

Né à Santanyi, dans l’île de Majorque, en 1926, Blai Bonet fait partie de cette génération d’écrivains catalans qui assurèrent à leur langue une survie que menaçait la situation politique espagnole : fort parti pris que l’on tenait, aussi, au mépris d’une reconnaissance que traquent certains et qui était, à ce moment, comme empêchée par un tel choix. Fédérop traduit aujourd’hui le grand roman qu’il publia -dans sa version abrégée- en 1958 et écrivit premièrement à la fin des années quarante.
La Mer -comme sa poésie- est marqué par les études de séminariste que suivit l’auteur : un roman sec, enflammé, qui, tout en étant marqué de l’esthétique néo-réaliste de certains films italiens, se gonfle d’une spiritualité parfois docte et rhétorique, souvent fiévreuse et mystique. Une sorte de rencontre de Bernanos et De Sica.
Pour une part autobiographique, ce roman qui se déroule et s’échappe de l’espace muré d’un sanatorium -Blai Bonet fut atteint de tuberculose- raconte par un jeu de voix alternées le dur quotidien de jeunes hommes malades, mourants, écartelés par leur lutte qui est aussi celle du bien et du mal. Cette puberté portée « comme une couronne d’épines », cet état d’homme « déraciné », forment comme l’incarnation terrible des douleurs métaphysiques de notre condition d’homme, tout en étant aussi l’écho des douleurs d’une époque : celles d’une Catalogne populaire brisée par les horreurs de la guerre civile. « Au sanatorium, c’est comme si la vie était un peu d’opium que nous fumerions, moi avec plus d’avidité que les autres, parce que les chaises pourries de ma mère m’empêchent de dormir ».
La Mer est un grand roman, terrible, noir, que certains passages vieillis ne ternissent pas ; l’oeuvre d’une conscience tourmentée et d’un écrivain de grande classe dont la prose pénètre au plus près de cette phrase que se répète, halluciné, un des protagonistes : « Le chemin est quelque chose d’intérieur. Le chemin est quelque chose d’intérieur. »

La Mer
Blai Bonet
Traduit du catalan
par Mathilde Bensoussan
Fédérop
280 pages, 20 (131,19 FF)

Satan et le sanatorium Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°38 , mars 2002.
LMDA PDF n°38
4.00 €