La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Décalco-manie

mars 2002 | Le Matricule des Anges n°38 | par Pierre Hild

Cassiopée Peca

Ryoko Sekiguchi est une des nouvelles voix de la poésie japonaise que deux recueils tentent aujourd’hui de faire découvrir. L’un est l’oeuvre d’une traduction collective de poètes français, l’autre -celui paru chez P.O.L- est une « version française » de l’auteur, version « indépendante » qui permet de « demeurer »en surface« , comme le fait la version japonaise ». Traductrice de littérature classique de son pays, Ryoko Sekiguchi cherche les formes d’une modernité parfois déroutante qui oblige le lecteur à chercher les angles d’approche de ses textes, un peu comme l’on tourne autour de l’oeuvre d’un sculpteur, à la recherche, peut-être, d’une « capacité d’attraper toutes les extrémités et de dévoiler la figure d’origine, malgré la transformation soudaine ».
Il y a, dans les versions japonaises, un développement plastique qu’empêche partiellement la traduction : la création d’une forme poétique à trois dimensions qui propose de lire le recueil en superposant chaque feuille, un jeu de « calque » dont on ne saisit pas l’effet complet mais qui laisse au lecteur français un dispositif qui empêche les mots de tomber dans une « boîte linéaire » : l’impression d’une écriture de la superficialité demeurant en surface tout en se jouant des surfaces. Blocs de textes compacts, labyrinthes de phrases courant en tout sens sur la page, développements gradués de remarques rappelant l’enchaînement logique -ici comme troué- d’un exercice mathématique, doubles colonnes d’une pièce chassant sur deux pages : tout semble appeler, ici, l’effort d’une lecture coupée, déboussolée, qui vient recharger l’énigme première de notes simples, condensées jusqu’à l’énigmatique. Les étranges Notes de chevet d’une Sei Shonagon moderne et plasticienne tentant de « dresser la liste des choses que la conviction pourrait sauver ».

Ryoko Sekiguchi
Calque
P.O.L - 64 pages, 12 ( 78,71 FF)
Cassiopée peca
cipM - Traduction du japonais
des comptoirs de la nouvelle B.S.
32 pages, 8 (52,48 FF)

Décalco-manie Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°38 , mars 2002.
LMDA PDF n°38
4.00 €