La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Le miracle au racloir

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Laurence Cazaux

11 septembre 2001/11 September 2001

Il y a certains événements qui marquent à jamais les esprits. Les attentats du 11 septembre contre les Twin Towers et le Pentagone ont modifié notre perception du monde. Difficile de dire exactement de quelle manière. Écrire pour le théâtre sur le 11 septembre semblait impossible. Quelle métaphore théâtrale était capable de retranscrire la portée d’un tel événement ? Michel Vinaver s’en tient à la réalité. Comme si, saturé de mots et d’images, il essayait d’en retenir quelques-uns pour en garder précieusement la trace. Vinaver écrit ce texte dans les semaines qui suivent le double attentat. Une première version en américain, provenant de la lecture de la presse quotidienne, qu’il traduit en français par la suite. La publication de L’Arche est donc bilingue. La forme de ce texte se rapproche, selon l’auteur, « de celle des cantates et des oratorios, se composant d’airs (à une, deux ou trois voix), de parties chorales (qui, dans la version française, restent dans la langue originale, c’est-à-dire en américain, ndlr), et de récitatifs pris en charge par un « journaliste », fonction qui peut faire penser à celle de l’évangéliste dans les Passions de J. S. Bach ».
Mélange de voix, celles des passagers des avions, des contrôleurs aériens, des employés des diverses sociétés des Twin Towers, un compte rendu des feuillets d’instruction aux terroristes, mêlées avec les voix de Bush ou de Ben Laden… Avec ce temps compté, ces minutes qui passent impitoyablement entre le premier crash et l’effondrement de la deuxième tour. Des petites voix d’anges coincées entre deux Dieux, celui de Bush ou celui de Ben Laden. Ce texte comporte effectivement un mélange entre le profane et le sacré, on pense à un opéra de Philip Glass mais aussi à un mémorial. On retient particulièrement ces petites choses, comme le seau en métal de Jan Demczur, un laveur de vitres. Jan Demczur était coincé dans l’ascenseur avec cinq autres personnes pendant l’explosion. C’est grâce à l’arête métallique de son racloir qu’il a pu percer puis découper une paroi, lui permettant de descendre les étages et de déboucher dehors cinq minutes avant que la tour ne s’effondre. « Cet homme avec son racloir, il a été comme notre ange gardien », dit l’un des rescapés. Un tout petit miracle au racloir.

11 septembre 2001/11 September 2001
Michel Vinaver
L’Arche
72 pages, 9,50 euros

Le miracle au racloir Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.