La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Bouquet russe

juin 2004 | Le Matricule des Anges n°54 | par Emmanuel Laugier

Été froid et autres textes

Ce recueil de proses inédites d’Ossip Mandelstam, l’un des grands poètes russes modernes (mort d’épuisement en 1938 en camp de transit après avoir été persécuté par le régime), rassemble plus de quarante textes brefs, sur des sujets aussi différents que Moscou, la Géorgie, le théâtre grotesque russe ou Tchekhov, essais sur la poésie, dont le fameux « Matin de l’Acméisme » ou « De la poésie contemporaine », esquisses de conférences, chroniques…
Écrits entre 1912 et 1936, ils témoignent presque tous, même ceux où la fatigue et l’épuisement s’y marquent, de ce « délire prosaïque » si propre à la prose hachée de ce grand styliste aux métaphores péremptoires, frappantes et justes. Du niveau des ses autres grands livres, tels que Le Sceau égyptien, Le Bruit du temps ou Voyage en Arménie, on retiendra aussi d’Été froid l’ironie très fine de son article sur le programme de poésie destiné aux enfants russes, la critique sans concession qu’il fait des Carnets d’un toqué de Biély (un modèle) ou encore ses pages sur Moscou, l’été de 1923 : « Sous l’averse, elles (les dactylo besogneuses) ôtent leurs petits souliers et traversent en courant des ruisseaux jaunes, dans la glaise rougeâtre des boulevards détrempés, serrant contre leur poitrine leurs souliers-canots sans eux c’est le désastre : l’été est froid. Comme si un sac de glace (…) était caché dans l’épaisse verdure du parc ». Tout l’ensemble a cette vitesse descriptive, claquante comme un fouet et concentrée comme des grappes agitées d’hirondelles.

Été froid de Ossip Mandelstam
Traduit du russe par Ghislaine Capogna-Bardet
Actes Sud, « Lettres russes », 270 p., 23,50

Bouquet russe Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°54 , juin 2004.
LMDA PDF n°54
4.00 €