La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Nouvelles Ombres et lumières

février 2005 | Le Matricule des Anges n°60 | par Ludovic Bablon

> KIDNAPPING D’UN JUNKIE / ÉPISODE 2.

> Résumé de l’épisode précédent :
Tout le désert urbain l’a vu : tout à l’heure, un chien a rapporté chez lui le cadavre d’une femme. Bruitage sophistiqué d’une porte qui s’ouvre, off ; une femme entre dans le salon ; le chien est couché sur le canapé.


- À peine rentrée et mon activité cérébrale reprend déjà à plein régime : pas la peine de regarder la télé, c’est assez douloureux comme ça. Je suis contente de te revoir, mon ami. Bonne nouvelle, mon après-midi sera libre, parce que la compagnie bancaire, je ne sais pas, a fait faillite ou quelque chose comme ça : il y a un problème. Mon budget-temps se voit donc crédité d’un bonus, pour une fois que l’ennui ne prend pas ses agios. Quant à toi possèdes-tu, en propre, des fantasmes concernant la gestion à flux tendu du surcroît d’existence qui nous est imparti, sans du tout évoquer les possibilités (qu’il y a toujours) de sauter du toit par accident vers 16 h ? J’hésite. Si je plante dans ma tête, méthodiquement, entre 130 et 180 arbres, et que j’appelle ça une forêt, peut-être je passerai un bon après-midi. Mais tout d’abord, comment allez-vous ? Bien ? Très très bien ? J’ai horreur de toutes ces conventions ; je n’y croirai plus ; hoho, c’est mon huitième décret définitif aujourd’hui, l’activité réglementaire est au beau fixe, sous mon crâne.

- Merci, chérie, répond le chien tranquillement. Je me porte très bien. Cet après-midi, je ne sais pas ; peut-être je vais dormir devant la fenêtre, et bâiller de temps en temps à proximité de ma gamelle. La vie est courte, il faut en profiter.

- Tu as raison. D’ailleurs, sais-tu combien il nous reste jusqu’à la fin du mois ? En équivalent-marchandise, ça fait deux croquettes pour toi, six grains de riz pour moi. Ou, un centième de la pile qui ferait luire une ampoule qui nous chaufferait la vie. À propos, dis-moi, j’ai aperçu la mort, dans l’entrée. Qui est cette femme ? On aurait dit le capitalisme, à regarder sa jupe.

- Non, c’est un cadavre. Si tu n’en veux pas je vais le jeter.

- Oh, laisse. Ma tête possède six faces ; j’ai besoin de calme ; sinon elle va jaillir en éclatements quadrangulaires. Viens-tu t’asseoir près de moi ? Je compte m’apercevoir, mine de rien, des pensées qui me tracassent ; tu m’attrapes, ou bien je joue quelques minutes à « regarde-plafond » ? Déjà, je me dis que j’irais bien, tout à l’heure, au coin de la rue, regarder les pigeons, pour me faire rêver. Au fait, ça fait un bail que je n’ai pas entendu parler de la nature, est-ce que tu as eu de ses nouvelles ?

- La nature ? Oh, elle a déménagé, sans laisser d’adresse. Apparemment, elle refusait de s’embourgeoiser ; ça l’aurait conduite à produire à la chaîne, et à la base, elle n’aime pas ça. « C’est bien joli », me disait-elle parfois, « de transformer en sac à blé un territoire de millions de kilomètres carrés, et d’installer dans ce drame dévasté une capitale de 10 000 parasites pour répartir le bénéfice de manière savamment inégalitaire ; mais », a-t-elle continué, « moi, ça ne fait pas mon affaire. Alors je prends mes tiques et mes crocs, je laisse juste deux trois oiseaux malades et 100g d’herbe, et je me taille en Amazonie ; jusqu’à ce qu’on me rattrape.

- Ouuhhh… C’étaient mes meilleurs moments cérébraux depuis belle lurette ! Mais ça, plus mon livre sur la fatigue qui vient de mourir d’épuisement sur sa table, ça devient trop : je n’en peux plus. Ne donnons plus aucune nourriture à cette conversation, elle n’a plus faim.
Blanc. Le téléphone a été inventé en 1876 par Bell ; qui pourra nous expliquer en quoi ce n’est pas formidable qu’il sonne encore treize décennies plus tard ?

- Allô, c’est Ludovic. Est-ce que vous pourriez arrêter ça tout de suite ? Allez.

- Quoi ?? Oh, je suis confuse. Pardon, monsieur. Nous avons manqué de sérieux. Je vais adresser une réplique à mon mari. Lars… La plus belle chose du monde Lars, si je ne me trompe, c’est la parfaite adéquation, à un moment donné, entre le situationniste, d’une part, et la situation, de l’autre : lors de la jonction, tout redevient possible. Alors, Lars, ce cadavre, si on en parlait ?

- Oh, d’accord, parlons-en, répond le chien qui, d’un seul mouvement psychologique, se lève vers sa gamelle, lape quelques coups pas trop vifs, et se met en gueule à l’aide des dents et de la langue une poignée de croquettes qu’il bâfre moyennant beaucoup de miettes. À propos de ce cadavre, je ne te le cache pas, j’ai une question. Qu’en dis-tu ? En d’autres termes : te plaît-il ?… Pour ainsi dire : ne t’affriole-t-il pas ?… En fin de compte : te l’ai-je offert en vain ? Si tu n’en veux pas… il suffira de l’amener aux poubelles ; je n’ai rien à faire cet après-midi : je m’en charge.
En faisant comme si elle y sentait une pile de monstruosités à décrasser de toute urgence à l’aide d’une éponge frénétique, elle chercha à s’affairer vaguement et regarda vers la cuisine. Il supposa qu’elle ne minaudait qu’à force de trop d’envie d’un coup. Le téléphone n’eut besoin de sonner qu’une fois pour que le chien… s’ébranle tout à coup avec foi et courage en direction de sa femme.

- Arf ! pourtant ! Elle m’avait paru belle, et dans son cou, elle sentait bon. Certes, elle porte un de ces chemisiers à l’effigie du libéralisme économique le plus radical, et sa jupe réélit qui il faut où il faut quand il faut ; néanmoins, j’avais presque senti une odeur d’être humain, sous le distillat de gasoil soufré. Peut-être n’était-ce après tout qu’un problème de briquet qui a mal tourné au moment de l’allumage ? Fausse piste, car elle aurait entièrement pris feu. Pourtant, ma chérie, pourquoi ne lui laisserais-tu pas une seconde chance ? Depuis que tu as, d’un revers de ta main typographe, négligé mon honnête proposition, je sens que mon esprit vadrouille en quête de solutions de rechange, comme par exemple : de blottir ce cadavre dans une couverture, près d’un radiateur, pour qu’elle se réchauffe et t’attire, toute la démarche ayant pour but de justifier a posteriori, via ta satisfaction cérébrale et sensuelle, mon long effort ; en patient et fidèle comptable, je te sais redevable, Marguerite ; tu ne dois pas l’oublier, note-le au moins sur un post-it.

- Je ne m’appelle pas Marguerite ; mais puisque, comme le sort amoureux d’un destin attrapait, dans l’Antiquité, César d’un côté du fleuve, pour le lancer de l’autre côté tel un œuf d’éléphant dans les gradins d’un stade en porcelaine, tu t’acharnes… à… je ne perds pas le nord : il est là. Voici l’est, voici le sud. Où sommes-nous ? Je détesterais que quelqu’un, à propos d’une compréhensible hésitation de langue, vienne me dire » finis ta phrase, s’il te plaît, sans éluder ", par conséquent, voici ce que j’ai à déclarer, votre honneur. Eh bien, d’accord, allons inspecter la marchandise, peut-être qu’elle fera l’affaire.

Dans les décombres. Roman.
Sur le lino de leur vie commune dans l’entrée était posé un petit cadavre, d’environ 50 de large sur 170 de haut, format standard, à l’ombre duquel, avait pensé Lars, pourraient pousser les plus épanouissants désirs. Quelle obscurité ! On aimait si peu la lumière, sous Pompidou, qu’on construisait facilement modulaire et lucarné ; 30 ans plus tard, pour illuminer les intérieurs, ne restaient plus que les ampoules et les désirs. Elle écarta les mille petits fils garnis de coquilles de moules et la forme allongée du cadavre fut parcourue de mille lueurs : Margot partie en éclaireuse dans les voies de ses tréfonds venait de s’allumer doucement, puis l’excitation lui monta tant qu’elle en chancela, comme l’aiguille d’une calculatrice à heures gaspillées affiche, le jour du décompte final, en festival de quartz liquide la durée extasiée de ses jouissances. Mais quand elle découvrit ce visage sur lequel le peintre de la radicalité politique avait tracé les signes de la vertu dissimulée, la surprise la fit faiblir d’un coup, comme un esprit souffle sans douceur la bougie du premier anniversaire de sa mort :

- Lars… Un trouble s’empare de moi et demande un million de cris d’effroi comme rançon. S’il ne se passait qu’une chose ; et que cette chose était la découverte de la vertu sur le visage d’un cadavre ; dans ce cas ; ainsi ; je n’aurais pas pris la parole. Or ! Il appert qu’un événement autrement formidable vient bouleverser mon entendement, afin que je tressaille de stupeur.
Elle connaissait ce col-blanc.

- C’est une employée ; une employée de ma banque… C’est la directrice des ressources humaines ! Comment a-t-elle osé venir mourir jusqu’ici ? Où sont le fouet et la tenaille ?

- Ainsi, fit le chien, tout s’éclaire ; elle a dû mourir d’épuisement, au bout d’une matinée de labeur tertiaire ; mais qu’en est-il, au juste ? Est-ce que cette référence à ton quotidien professionnel t’empêchera de trouver, avec ce qui n’est au final plus du tout une supérieure hiérarchique, mais bien un organisme humain hors d’état de vivre… où en étais-je… le plaisir ? qu’est-ce que c’est ?
Le désir filtrait d’elle, environ 40 watts ; émotion de ce corps encore souple, dépouillé de ses faux-semblants textiles. Elle l’emballa dans une couverture de feutre brun ; caresse de ce corps flasque, sans volonté précise, disponible pour tous les outrages, chauffant son dos au radiateur en gouttant un peu de sang par le nez.

- Tu as vu, elle a du sang qui lui coule des narines. En fait, elle a dû se faire assassiner. N’empêche, elle a de beaux restes ; elle est jolie, non ?
Elle consommait maintenant une soixantaine de watts dont elle illumina, torche en reportage dans les décombres, la langue fidèle et rassurante de Lars assis à proximité, puis sa bite rouge légèrement en maraude sur son ventre, et à nouveau la défunte aux hanches osseuses, aux joues si tristes déjà d’avoir quitté la vie une heure plus tôt.

- On y va ? Est-ce que tu m’embrasses ? J’ai complètement envie de faire l’amour à présent, dit-elle en s’approchant doucement des babines de son mari.
La torche se lova contre la carpette. C’est à ce moment que vous, de l’entrée, vîtes s’animer, ou comme frémir, le torse du cadavre, ses deux yeux s’entrouvrir, et sa bouche commencer une courte inspiration chuintante :
hhhiiinnnn
Son réveil nue contre le radiateur ; son réflexe d’aboi et d’assaut ; vous qui lisez et reculâtes ; et le filament de Marguerite qui claqua aussitôt : un nombre indéterminé de personnes s’entassait dans l’entrée noire.

Mais seigneur, seigneur, qu’êtes-vous venus foutre ici, et qu’est-ce que je vous veux à la fin !
Allons, ne nous disputons pas ; quelle que soit la situation, il y a toujours moyen de s’arranger. Soit du sexe, soit un dédommagement financier d’un côté ou de l’autre. Courage, patience, tout va bien se passer ; l’imminence du moment arrive toujours quelque part.

> Au prochain épisode : nos personnages, s’il y en a, auront beaucoup de choses à se dire sur la vie et la mort, puis ce sera le moment d’aller promener le chien.

Ombres et lumières Par Ludovic Bablon
Le Matricule des Anges n°60 , février 2005.
LMDA papier n°60
6,00 €
LMDA PDF n°60
4,00 €