La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Tombeaux vivants

février 2005 | Le Matricule des Anges n°60 | par Philippe Savary

Il en va des morts comme des vies : paisibles ou tragiques, elles respirent la politesse, la solitude ou la douleur, voire l’ironie. Sacha Guitry ne demanda-t-il pas de mourir maquillé. À l’hôpital Nestlé de Lausanne, Nabokov songea au vol d’un papillon. Tchekhov offrit une coupe de champagne à son médecin. Maupassant, le cerveau usé, agonisa comme un chien, « aboyant et bavant ». Tolstoï, fuyant sa famille, passa « marbre de son vivant » dans la chambre d’un chef de gare. Tsvetaïeva ajusta le nœud de la corde, cinq jours après avoir sollicité un emploi de laveuse de vaisselle.
De Montaigne à Truman Capote, de Pascal à Vialatte, Michel Schneider convoque ici les derniers instants, les ultima verba de trente-six écrivains de son Panthéon. Plus qu’un livre funéraire, il s’agit, dans les marges ombreuses, d’une relecture de notre patrimoine littéraire. Infatigable biographe à l’érudition discrète, l’essayiste se mue en conteur d’histoires « plus ou moins inventées, banales ou fulgurantes ». Il croise les témoignages, il explore les correspondances et les œuvres puisque « c’est là que leur mort est racontée », puisqu’ « un écrivain est quelqu’un qui meurt toute sa vie, à longues phrases, à petits mots. » Il ressort de cette plongée dans les ténèbres une sourde émotion, et la plus belle des invitations : (re)découvrir des fabriques de littérature à jamais vivantes.

Morts imaginaires de Michel Schneider Folio, 410 pages, 7,50

Tombeaux vivants Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°60 , février 2005.
LMDA papier n°60
6,00 €
LMDA PDF n°60
4,00 €