La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Requiescat in culo

février 2005 | Le Matricule des Anges n°60 | par Gilles Magniont

Heurs et malheurs du trou du cul

En 1623, dans la prestigieuse Espagne du Siècle d’or, le grand poète Francisco de Quevedo, sans doute du fond de sa cellule, produit un brûlot au titre provocateur : Heurs et malheurs du trou du cul. On pouvait espérer un discours fripon d’une grande santé, riant joyeusement du corps dans la tradition latine ou picaresque. Rien de tel, rien à voir avec l’appétit de nos géants rabelaisiens : voilà un féroce pamphlet, brutal et délibérément ordurier. Quelque chose de dur, de sec, de dévergondé. Dans une langue farouche et inventive, souvent blasphématoire, se succèdent satires, tombeaux, sonnets, « lettrines » diverses confondues aux « latrines ». Car ici tout vient à être emporté par les excès scatologiques et l’obsession excrémentielle, et plus rien n’échappe à l’universelle misère. C’est un désespoir rageur qui chie sur « le blason des monarques », sur le vieil ennemi Gongora « docteur es merdes, lauréat es chiures », sur les « putes médisantes et infâmes »…
« Stupide est le plaisir et stupide est la joie » : les misères de l’existence laquelle « commence par des larmes et du caca » sont celles-là mêmes du trou du cul, qui en constitue l’image inversée. Pour Quevedo, la vie n’est pas vraiment un songe. Et la merde est bien de la merde. On retiendra ce furieux réalisme, envers de la grandiose Espagne, dont la traduction jusqu’alors, le texte était chez nous inédit permet d’apprécier toute la noire énergie.

Heurs et malheurs du trou du cul
de Francisco de Quevedo
Traduit de l’espagnol par Victor Martinez,
Mille et une nuits, 80 pages, 2,50

Requiescat in culo Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°60 , février 2005.
LMDA papier n°60
6,50 €
LMDA PDF n°60
4,00 €