La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches La fille préférée

mars 2005 | Le Matricule des Anges n°61 | par Thierry Guichard

Monsieur Ladmiral va bientôt mourir

Un dimanche à la campagne suffit à Pierre Bost pour enterrer toute une époque. Savoureux.

Publié en 1945, ce court roman possède une fraîcheur revigorante. Monsieur Ladmiral est un peintre, tendance pompeux, qui arrive à la fin de sa vie. S’il aime la peinture, il « avait assez de goût pour ne pas trop aimer la sienne. » Il vit dans une campagne proche de Paris. Chaque dimanche, ou presque, il reçoit la visite de son fils Gonzague, de sa bru Marie-Thérèse (« elle était heureuse, certainement. Un peu lentement, mais avec application et placidité ») et de leurs trois enfants. Gonzague est engoncé dans son amour révérencieux pour son père dont il a soigneusement pris tous les défauts. Fade et pétri de bonnes mœurs bourgeoises, il incarne le vieux monde, routinier jusqu’à la mort. Nous vivons un dimanche en famille, au début de l’été. Un dimanche à la campagne selon le titre du film que Bertrand Tavernier a tiré du livre. Cette peinture des mœurs compose un tableau aux couleurs ironiques. Observateur attentionné, Pierre Bost sait en deux phrases dévoiler les coulisses des conversations convenues et en révèle ce qu’elles portent de blessures, d’amour-propre bafoué, de petitesses sentimentales, le père et le fils « échangeant des phrases sans intérêt, qui, en effet, ne les intéressaient pas. »
Les couleurs vont changer d’un coup avec l’arrivée tonitruante d’Irène, la fille adorée. Irène apporte sa fantaisie de femme libérée, toujours bavardant comme si elle riait. La jeune femme ne se prive pas pour dire tout le mal qu’elle pense de la peinture de son père, qui lui pardonne. Elle représente toute la modernité dont son frère a peur.
Sous couvert d’une plaisante comédie familiale, où la mort annoncée se tient à distance, Pierre Bost fait toucher à un amour paternel très émouvant. Monsieur Ladmiral mourant ? En préférant sa fille à son fils, il semble plutôt sur le point de ressusciter.

Monsieur Ladmiral va bientôt mourir de Pierre Bost, Gallimard (« L’Imaginaire »), 102 pages, 4

La fille préférée Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°61 , mars 2005.
LMDA papier n°61
6.50 €
LMDA PDF n°61
4.00 €