La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Acide nostalgie

mars 2005 | Le Matricule des Anges n°61 | par Thierry Cecille

Ce n’est que superficiellement que je suis superficielle " déclarait la Madame De… de Max Ophüls. Cette réplique paradoxale pourrait servir d’épigraphe à cet Adieu à Berlin, adieu doux-amer, tout à la fois tendre et désabusé, d’Isherwood à cette ville qui disparaît en même temps que sa jeunesse, à la fin des années 30, quand il se retourne vers elles. Il ne s’agit pas d’une autobiographie celle-ci viendra plus tard avec Christopher et son monde, éclairant en particulier son homosexualité, implicite ici, ce qui d’ailleurs gêne parfois la lecture mais d’un roman, ou plutôt d’une chronique, dans laquelle le narrateur, Herr Issyvoo, comme l’appelle sa logeuse, admiratrice fervente mais piètre angliciste, offre une vision kaléidoscopique de ceux qui se relaient, en une danse apparemment désordonnée, à ses côtés. Il les décrit avec humour, perspicacité ou fascination. La légèreté semble l’emporter dans de nombreuses pages, avec en premier lieu celles qui mettent en scène l’insupportable et énigmatique Sally (inoubliable Liza Minnelli du Cabaret de Bob Fosse), mais nombre de ces personnages semblent surtout se débattre dans un univers instable et complexe, un monde flottant d’artistes plus ou moins ratés, de prostituées et de gigolos plus ou moins avoués, d’Anglais ou d’Américains fitzgeraldiens qui viennent trouver ici les Sodome et Gomorrhe que leur refusent leurs pays. Mais la liberté se paie au prix fort : la solitude, la névrose ou l’hystérie, la violence et le contexte historique n’est alors plus un simple arrière-plan : la lutte entre les communistes et les nazis, la menace permanente de la guerre civile peuvent être lues comme une allégorie ou une matérialisation des tourments de ces âmes, non pas mortes mais survivantes.

Adieu à Berlin de Christopher Isherwood
Traduit de l’anglais par Ludmila Savitsky
Le Livre de poche, 314 pages, 6,50

Acide nostalgie Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°61 , mars 2005.
LMDA papier n°61
6.50 €
LMDA PDF n°61
4.00 €