La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Nuit d’Hanoï

avril 2005 | Le Matricule des Anges n°62 | par Dominique Aussenac

D’entrée de jeu, le problème est de savoir qui « capte » aujourd’hui au Vietnam. Khuê, le héros, clame : « J’ai vingt ans cette année et je vais vous dire franchement : personne ne capte rien. » Les valeurs traditionnelles ont fait leur temps, les préceptes communistes aussi ? Il ne reste que l’argent facile, l’individualisme forcené, la vitesse et toujours la survie. En rupture avec son écrivain de père, Khuê s’enfonce petit à petit dans la drogue. À deux doigts d’y rester, il est conduit sur une île déserte où il redécouvrira les vertus de la nature.
Ce scénario, l’auteur l’a vécu. Il a sevré un de ses fils sur une île et y a écrit ce roman en miroir inversé, se plaçant dans la peau de son rejeton. La force du livre, outre la dénonciation d’un monde corrompu ultra-libéral, tient à une certaine innocence, candeur que l’on retrouve rarement dans notre occident blasé et cynique. Nguyên Huy Thiêp, né à Hanoï en 1950, n’avait jusqu’à présent publié que des recueils de nouvelles et des drames (aux Éditions de l’aube). Dans ce premier roman, il est amusant de constater que le héros, adolescent inculte et américanisé (pléonasme ?), ne cesse de citer les poètes vietnamiens contemporains, ce qui crée une profondeur de champ, dévoilant une culture riche, millénariste, populaire, vecteur d’unification et d’espérance. Le happy-end où notre bon sauvage devient un docteur Justice écologiste peut aussi prêter à sourire. Pour autant, l’ouvrage porte une intéressante réflexion sur l’acte d’écrire et le pourquoi de la poésie. La vivacité de la traduction, utilisant des mots crus, ne gâte rien. On capte ou on ne capte pas.

À nos vingt ans de Nguyên Huy Thiêp
Traduit du vietnamien par Sean James Rose
Éditions de l’aube, 221 pages, 18,80

Nuit d’Hanoï Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°62 , avril 2005.
LMDA papier n°62
6.50 €
LMDA PDF n°62
4.00 €