La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’antidote Kadaré

octobre 2005 | Le Matricule des Anges n°67 | par Thierry Guinhut

Un climat de folie

Ce sont « trois microromans » qui s’ajoutent à l’œuvre pléthorique (déjà douze volumes d’Œuvres complètes) de Kadaré, dont l’imagination et la capacité de critique des sociétés totalitaires paraissent ne jamais devoir faiblir. Ce maître de l’anti-utopie que son commentateur Éric Faye met au rang d’Orwell et d’Huxley, réunit ici un inédit des années soixante et un récit de 2004. Quarante ans d’écriture d’un nobélisable prennent en tenaille le lecteur.
L’action démarre aussitôt, dans la famille Kadaré bouleversée par « un climat de folie » : une tentative de suicide cachée, des tantes espiègles et virulentes… La cause en serait une carte du parti communiste. Un parti secret, quoiqu’au pouvoir, et qui serait derrière toutes les boutiques, tous les suicides. Les personnalités politiques, de Staline à Enver Hodja, s’effacent dans l’onirisme. Le jeune narrateur et son ami préféreraient à ces potiches souriantes de vrais monstres, plus excitants pour l’imagination… La réalité les rattrapera-t-elle ? Quand, soudain, les professeurs de latin sont rossés au cri de « Vive la langue russe ! ». Lors d’une mort symbolique la famille emporte le destin de l’Albanie entière…
Dans « La Morgue », une laide épouse un sous-lieutenant exclu de l’armée et du parti pour avoir convolé avec l’ennemi de classe. On assiste à sa maigre ascension sociale, à ses démêlés avec sa belle-mère. Quant à « Jours de beuverie », récit de jeunesse condamné par le socialisme pour décadence, il s’agit de la quête loufoque d’un manuscrit qui met la ville en émoi. Une fois de plus, les proses de Kadaré sont époustouflantes.

Un climat de folie d’Ismail Kadaré
Traduit de l’albanais par Tedi Papavrani
Fayard, 216 pages 17

L’antidote Kadaré Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°67 , octobre 2005.
LMDA papier n°67
6.50 €
LMDA PDF n°67
4.00 €