La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jean Echenoz
L’éducation des regards

février 2006 | Le Matricule des Anges n°70 | par Emmanuel Laugier , Frédéric Pomier

Travail constant sur les focales, les livres de Jean Echenoz ont cette façon particulière de s’approcher du monde, du flou au gros plan. Visuels, mais aussi véritables bandes-sons, alertes, ses romans allient férocement légèreté et dérive existentielle.

On pourrait penser l’homme rompu à l’exercice de l’entretien, devenu, avec les années, routinier. Or, non, visiblement, on supporte la chose de bonne grâce mais presque timidement. Voix grave et profonde, douce en un sens, sans grandiloquence, mais toujours affirmée, même lorsqu’il s’agira d’esquiver une question en y répondant à côté.

Jean Echenoz, vous publiez un livre consacré aux dix dernières années de la vie de Maurice Ravel qui est pourtant aussi un « roman » (dixit la couverture). Votre attitude vis-à-vis de la fiction a-t-elle changé ? La biographie est-elle en soi un genre qui vous intéresse, au besoin pour le subvertir ?
Je ne crois pas que Ravel soit une biographie, dans le sens où cela ne tient compte que des dix dernières années de la vie de Ravel. L’enjeu du livre s’est construit plutôt dans un aller-retour entre la fiction et le réel, le romanesque et le certain. Il m’a fallu d’abord lire tout ce qui concernait ce compositeur, devenu pour moi un personnage. Mais plus je me renseignais à son sujet (je crois avoir à peu près tout lu le concernant) et plus il m’échappait. Cette expérience d’éloignement devenait pourtant fertile en ce que Ravel, paradoxalement, me devenait proche par son opacité. C’est aussi pourquoi je n’ai pas eu l’impression de m’écarter du roman pour fabriquer, par exemple, à partir de cette chronologie, une biographie historique, mais seulement qu’il me fallait reprendre l’idée romanesque contre les romans que j’avais écrits précédemment.
Mais pourquoi avoir choisi Ravel ?
L’idée de ce livre m’est venue de deux choses : d’abord de mon rapport à la musique et à Ravel particulièrement que je n’ai cessé d’écouter depuis mon enfance. Le lien avec cette émotion musicale ancienne, sans que je puisse m’en expliquer davantage, est sans doute essentiel. Ensuite, il s’est trouvé que j’avais envie d’aller du côté d’un temps historique qui ne serait pas le mien au moment où j’entreprendrais la rédaction du livre, alors que tous mes autres livres se passent, au contraire, dans le temps présent de leur écriture. Je suis allé voir vers les années trente, parce que le Paris de ces années-là m’a toujours beaucoup intrigué. J’avais lu pas mal de livres sur cette période, et me venait aussi l’idée d’un livre qui intégrerait en lui la dimension du cinéma muet. J’ai voulu dans un premier temps construire une fiction avec des personnages réels, dont Ravel, mais le projet n’a pas abouti et Ravel, qui devait n’y tenir qu’un petit rôle a pris soudainement toute la place dans le livre.
On retrouve en effet ce parfum d’une époque, quelque chose qui a à voir avec les images cinématographiques d’une période très connotée, en particulier lors des séquences sur le paquebot transatlantique qui sont très suggestives…
Ça me plaisait beaucoup, c’est une préoccupation qui s’est toujours imposée, que celle d’écrire des scènes, des situations les plus visibles et les plus sonores possibles, autant...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°70
6.50 €
LMDA PDF n°70
4.00 €