La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Piqûre de rappel

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Thierry Guinhut

La Vie enfantine de la tarentule noire, par la tarentule noire

Voici peut-être le plus attachant et le plus explosif des romans de Kathy Acker (1947-1997) que le lecteur avait découverte l’an dernier avec Sang et stupre au lycée. Bien qu’il s’agisse de son tout premier livre, cette autobiographie terriblement fantasmatique, à mi-chemin de L’Attrape-cœurs de Salinger et de La Métamorphose de Kafka, balaie et démultiplie l’identité de l’écrivain avec une fureur inégalée. Tour à tour perturbée et fascinée par ses délires, et ce depuis sa plus tendre enfance, elle se fait courtisane, prostituée, brigande, empoisonneuse. L’écriture emprunte à ses auteurs favoris, de Violette Leduc à Sade, comme si la tarentule de son moi profond les digérait et les excrétait pour donner naissance à l’univers si radical de Kathy Acker. En six épisodes et six époques, elle raconte six fois sa vie, devenant un clone psychotique de Yeats ou du divin Marquis. Elle se fait une « vie de meurtrière », elle devient « le personnage principal » de chacun de ses livres pornographiques… Changeant de sexe pour se donner les sensations érotiques d’un garçon ou d’une lesbienne, changeant de style pour phagocyter les littératures, elle s’approprie ses écrivains fétiches en un vaste cut-up à la Burroughs, avec le plaisir d’une narration survoltée en plus, tout cela pour multiplier une existence qui ne peut lui suffire. Une sexualité dévorante, provocatrice, surtout masturbatoire, côtoie la haine de l’oppression, la révolte politique tous azimuts. Le frénétique désir d’infini traversait tant Kathy Acker qu’on ne s’étonne pas qu’elle ait produit ensuite un roman convulsif et déjanté qui est une réécriture de don Quichotte…

La Vie enfantine de la tarentule noire, de Kathy Acker
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Gérard-Georges Lemaire, Désordres/Laurence Viallet, 144 pages, 18,90

Piqûre de rappel Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°71 , mars 2006.
LMDA papier n°71
6,50 €
LMDA PDF n°71
4,00 €