La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Mauvaise herbe

février 2007 | Le Matricule des Anges n°80 | par Thierry Cecille

1938 : Odön von Horvath, réfugié à Amsterdam, y publie cette Jeunesse sans Dieu. Né à Fiume, élevé à Budapest, reconnu à Berlin pour plusieurs pièces de théâtre caustiques, il est un exemple représentatif de cette Mitteleuropa littéraire avec Roth, Musil, Schulz… qui va disparaître bientôt. Lui-même mourra coup du sort ironique ou salvateur sur les Champs-Elysées, le 1er juin de cette même année, de la chute d’un arbre durant une tempête ! Son antihéros, professeur d’histoire-géographie, parviendra lui aussi à échapper à la dictature hitlérienne mais à sa manière, plus ambiguë, entre courage et lâcheté. C’est cet homme médiocre qui prend en charge, à la première personne, sous forme de journal intime, ce récit souvent haletant, comme au bord de l’essoufflement : courtes phrases, courts chapitres, dialogues vifs et parfois presque énigmatiques, tant ils comportent de dissimulation, d’implicite. Il a eu le culot de ne pas souscrire tout à fait à la propagande qu’il doit relayer, en osant affirmer, lors de la correction d’un devoir, que « Les nègres aussi sont des hommes » dès lors, le piège menace : son « humanitarisme fumeux » pourrait lui valoir le pire. Faisant profil bas, il parvient à rester en poste mais doit accompagner certains élèves dans un camp de vacances, militarisé bien sûr (« Nous sommes tous en campagne. Mais où est le front ? ») où les adolescents feront l’épreuve de la discipline mais découvriront aussi la sexualité et la rivalité : un crime y sera même commis. Il se débattra dès lors, dans la solitude, entre l’angoisse et ce qui lui reste de conscience morale, contre cette « peste » qui gagne : « Nos âmes sont pleines de noirs bubons, elles mourront bientôt. Puis nous continuerons de vivre, et pourtant nous serons morts ». Alors qu’autour de lui la plupart y cèdent et fêtent, dans l’enthousiasme, « l’anniversaire du plébéien en chef », quelques rencontres ressuscitent parfois son faible espoir. Mais le répit est de courte durée et il ne reste que la fuite : il accepte d’aller enseigner en

Jeunesse sans Dieu d’Odön von Horvath, traduit de l’allemand par Rémy Lambrechts, Christian Bourgois, « Titres », 204 p., 7

Mauvaise herbe Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°80 , février 2007.
LMDA papier n°80
6.50 €
LMDA PDF n°80
4.00 €