La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Philippe Forest
Pour ceux qui restent

mars 2007 | Le Matricule des Anges n°81 | par Thierry Guichard

Tous les enfants sauf un dont le titre reprend une phrase du début de Peter Pan : « Tous les enfants, sauf un, grandissent » est un livre étrange. Objet hybride, entre roman et essai, il semble un appendice à L’Enfant éternel et Toute la nuit. Dix ans après la mort de sa fille, l’écrivain revient sur le récit qu’il fit donc de cette perte. « Il me semble qu’il aurait fallu tout présenter sans artifice » écrit-il dans son avant-propos avant de nous donner, une fois encore, le récit de la maladie de Pauline, ses soins, sa mort. Il ne faut pas trente pages à Philippe Forest pour redire cela, trente pages nues qui émeuvent encore. Cette première partie (le livre en compte treize) est intitulée : « ce qui reste du roman ». Or, si on a lu Le Roman, le réel qui paraît simultanément, on devine l’importance de l’intitulé. « Ce qui reste », c’est aussi bien le déchet (les restes) que ce qu’on ne peut réduire, le noyau incompressible. Ce qui reste alors du roman, c’est, une fois enlevés les artifices et la fiction, le réel qui lui a donné sa nécessité. Ce réel-là qu’il n’était pas possible de dire, dix ans plus tôt, si ce n’est en passant par l’artifice de la fiction (le père et la mère de l’enfant étant affublés de prénoms d’emprunt, Alice et Félix pour Hélène et Philippe), la prose mobilisant ses descriptions de neige pour dire la mort en route et porter un récit vers sa destination dernière. Ici, le drame est donné nu afin qu’une parole soit mieux entendue : celle qui dit le sort fait aux malades, d’abord, aux morts ensuite. Philippe Forest en appelle à Georges Bataille et à son expérience pour dénoncer la déshumanisation à l’œuvre, non pas à l’hôpital, mais dans tout le corps social. « Le malade, le mourant, ses proches se trouvent sommés de collaborer au processus d’effacement, d’oblitération dont la société leur affirme la nécessité. » S’il écrit en témoin, c’est parfois un procureur qu’on entend. Son doigt accusateur pointe les mythologies, des plus triviales (comme celle qui consiste à dire aux parents de l’enfant
Mais l’écrivain ne lance pas d’anathèmes : il interroge, questionne, s’appuie sur les livres lus, les grands auteurs, les philosophes. La religion aussi est convoquée, en des pages qui avouent leur perplexité : comment un père et une mère, athées, en viennent-ils à faire appel à un prêtre pour donner à l’enfant mourant le baptême et l’extrême-onction. Tous les enfants sauf un quitte alors le prétoire pour pénétrer plus profondément dans l’interrogation que la mort de Pauline ne cesse de poser. Au final, évoquant les chemins qui ont conduit le père de Pauline à devenir le romancier de L’Enfant éternel, Philippe Forest retourne vers la littérature. Puisque ce qui reste du roman, c’est bien évidemment, un réel qui appelle à lui, infiniment, la littérature, seule capable, sinon de le dire, du moins d’en désigner la place.

Tous les enfants sauf un, Gallimard, 174 pages, 11,90

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°81
6,00 €
LMDA PDF n°81
4,00 €