La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Voyage d’hiver

mars 2008 | Le Matricule des Anges n°91 | par Thierry Cecille

La Ferme de Navarin

Les champs s’étendent à perte de vue, la terre, qui toujours fut ici ingrate, pouilleuse, est désormais un vaste cimetière, Friedhof, comme l’on dit en allemand, lieu de la paix ultime. Sitôt qu’on la remue, réapparaissent douilles, obus, lambeaux d’objets personnels - ou os. C’est l’hiver, il gèle à l’aube, l’horizon s’étend, nu et infini : la Champagne, la Somme, l’Argonne sont des lieux sinistrement inspirés. Gisèle Bienne va à la rencontre de ses morts : Cendrars, d’abord, mais aussi tous ceux, connus ou inconnus, qui ici durent souffrir, dans leur chair et leur âme, puis périrent ou survécurent, blessés, amputés, abrutis ou révoltés à jamais. Comme souvent dans cette belle collection, l’un et l’autre, ici, dialoguent, méditent, tour à tour : des extraits de lettres de Cendrars, de ses poèmes, cèdent la place à des paroles d’Yves Gibeau, collectionnant pieusement les restes des tranchées, ou à cette sorte de reportage intime, concret, quotidien, de Gisèle Bienne. Elle mêle, avec infiniment de tact, de précaution, comme on chuchote entre les tombes un jour de Toussaint, des choses vues d’aujourd’hui, de la vie qui en ces lieux s’obstine, au chaos de souvenirs et d’images de cette guerre que l’on dit Grande, et qui le fut surtout par l’énormité des massacres et des souffrances. Comme dans Shoah, il s’agit de tenter de trouver le lieu : « Ici fut la ferme de Navarin » peut-elle écrire, à la recherche de l’endroit où Cendrars perdit son bras droit, lors d’un assaut. Mais « cette ferme, on ne l’a pas reconstruite », elle n’est plus qu’« un tumulus recouvert d’herbes et entouré de broussailles. » Ici règne le vide - mais « il ne faut pas craindre de parler dans le vide ; avec les morts, on ne sait jamais. »

La Ferme de Navarin de Gisèle Bienne
Gallimard, 131 pages, 14,50

Voyage d’hiver Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°91 , mars 2008.
LMDA papier n°91
6.50 €
LMDA PDF n°91
4.00 €