La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Marie Cosnay
Le récit impossible

avril 2009 | Le Matricule des Anges n°102 | par Thierry Guichard

Les livres de Marie Cosnay cristallisent en une prose hantée par le poème des scènes épiphaniques que l’écriture ne cesse d’interroger. Portée par un appétit de savoir, l’œuvre échappe à l’épanchement pour s’ouvrir à un questionnement ontologique. Avec une grâce rare et une vitalité joyeuse.

L’interview idéale, pour Marie Cosnay, serait peut-être celle où elle n’aurait pas à parler. Plus exactement : pas à répondre. C’est l’autre qu’elle souhaite entendre d’abord. Lire en ses questions le cheminement que son interlocuteur a fait dans son œuvre. À condition qu’il l’ait lue, ce qui, à l’entendre raconter un précédent entretien avec une journaliste, n’est pas toujours le cas…
La jeune femme est très attentive, ouvre de grands yeux curieux comme si chaque question était une lumière lancée dans les ténèbres de sa création. Lectrice insatiable, elle écrit d’échos en échos, depuis les mots ou les images trouvés dans un livre, un film, jusqu’à celles et ceux qu’elle cherche à éveiller en elle. La source de la création, chez cette poétesse de la prose, semble déborder d’un trop fort désir de vie et cheminer, de livre en livre, dans l’interrogation perpétuelle du monde. Le sujet est poreux, traversé de langues, paysages, souvenirs : ses écrits tentent le rassemblement de ces morceaux épars que la vie apporte, comme si elle était une mise au monde de soi-même.

Votre premier livre, Que s’est-il passé ? apparaît comme un long poème. Cela signifie-t-il que le noyau de votre écriture, c’est la poésie, avant même la narration et la prose ?
À ce moment-là, je ne sais pas trop ce que « poésie » veut dire. Je souhaite raconter des histoires, j’adore ça. Mais peut-être que je ne peux les raconter que par des figures, des images, des motifs. C’est peut-être ça qu’on appelle « poésie » chez moi : le fait que le motif précède le narratif. Ce premier livre est particulier aussi dans le fait qu’il n’est pas justifié à droite, comme c’est le cas pour les poèmes. Ce qui donne aussi un effet de poésie, c’est le retour des images, le ressassement, quelque chose de circulaire. Ça c’est parce que j’ai besoin du même appui pour repartir dans l’histoire.

Une forme de ressassement qu’on retrouve dans tous vos livres, non ?
Oui, mais je ne m’en suis rendu compte que récemment.

Le sentiment poétique viendrait plutôt de la sensation que la narration est trouée. Qu’elle passe d’un motif à l’autre sans lien trop visible, sans combler les espaces comme le fait généralement le roman traditionnel.
Forcément qu’il y a des vides parce qu’il n’y a pas de récit uniforme, linéaire, complet. Même une biographie, c’est affreux : ce n’est que morceaux de bio. Malgré tout, malgré les vides de mes histoires, il se trouve que quelque chose va d’un endroit vers un autre.

Le titre, Que s’est-il passé ? n’est-il pas programmatique de toute l’œuvre ? La plupart de vos livres semblent portés par cette interrogation, qu’ils évoquent une histoire familiale, une rupture sentimentale ou un constat politique. Écrire, pour vous, n’est-ce pas mener une enquête, cheminer autour d’une interrogation y compris celle qui concerne l’identité de l’écrivain ?
Exactement, mais je n’aurais pas pu l’exprimer ainsi. C’est...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°102
6,00 €
LMDA PDF n°102
4,00 €