La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le vice de la lecture

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Didier Garcia

Le Vice de la lecture

Dans ce texte paru en 1903, la romancière américaine Edith Wharton (1862-1937) dénonce une des conséquences des progrès modernes (et à ses yeux non la moindre) : la démocratisation de la lecture. Wharton fait d’emblée le départ entre celui qui lit parce qu’il faut lire (puisque la société de son temps a promu la lecture au rang de vertu), et celui qui lit comme il respire (ne pouvant donc faire autrement). Le premier (le « lecteur mécanique moyen ») est guidé dans ses choix par la seule vox populi, jetant invariablement son dévolu sur les livres dont on parle le plus, s’attardant le plus souvent sur des livres dépourvus de toute valeur littéraire. Le mal ne serait sans doute pas bien grand si ce lecteur, par sa pratique, n’encourageait l’écrivain mécanique à persévérer dans sa médiocrité, ne facilitait la carrière des plumitifs et ne favorisait une littérature prémâchée qui n’a plus guère à voir avec la littérature (celle que Wharton défend ici, et que son œuvre a brillamment illustrée - elle fut la première femme à obtenir cette prestigieuse récompense qu’est le prix Pulitzer). Sans compter qu’il a également engendré le critique mécanique, lequel se contente de fournir un résumé de l’histoire, sans formuler la moindre analyse critique.
C’est un éreintement en règle, une condamnation systématique de ce pur produit de la société moderne qu’est le lecteur se sentant dans l’obligation de lire (l’immense majorité de ceux qui fréquentent les livres selon Wharton, contre de très modestes happy few). On ne peut bien sûr que souscrire à sa thèse, et s’inquiéter avec elle que ceux-là se mêlent, par-dessus le marché, de formuler des avis sur la littérature (le vice s’incarnant alors en menace). C’est d’ailleurs sous la plume de Wharton que le beau titre de Valéry Larbaud prendrait tout son sens : Ce vice impuni, la lecture. Mais ce lynchage du philistinisme paraît quand même bien sévère.

LE VICE DE LA LECTURE
d’EDITH WHARTON
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Shaïne Cassim,
Éditions du Sonneur, 48 pages, 5

Le vice de la lecture Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104
6.50 €
LMDA PDF n°104
4.00 €