La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Ce qui reste après l’oubli

avril 2010 | Le Matricule des Anges n°112 | par Richard Blin

Ce qui reste après l’oubli : Une hache pour la mer gelée vol.3

À nous qui sommes faits de chair et de mots, qui aimons tout risquer sur des chimères, un instant ou un amour fou, ce livre - le dernier d’une trilogie commencée avec Une hache pour la mer gelée (2006), et continuée avec L’Effarant intérieur des ombres (2008) -, s’adresse. À nous qui nous demandons pourquoi les femmes nous obsèdent « avec leurs jambes / Leur nuque leurs épaules et les mouettes de leurs seins / Qui font monter la mer jusqu’à notre bouche » ; à nous qui errons dans les jardins de l’amour perdu, tournons « comme un vieux soleil » autour de ces corps qui nous ont fait trembler « comme une jupe / Qu’on soulève quand on a douze ans et qu’on ne voit rien », et qui continuons à vivre avec cet impossible espoir que rien ne finisse quand tout passe si vite, Alain Duault prête sa voix, la meute de ses émois et le phrasé sensuellement radieux de sa langue musicienne. Écriture de la jouissance, de l’errance orientée dans ce qui reste quand tout s’est effacé, ce qu’il déploie ici relève de la respiration du désir, de la danse lente des souvenirs, de l’incessante surprise de l’amour, de la sainte brûlure du beau et de la violence de l’éblouissement.
Car malgré le « rouge nu » de la mort, le monde trempé de sang, « la dernière heure qui nous guette », et la nécessité de résister au pire - « Il ne faut pas voir / La beauté dans les yeux des bêtes qui nous mangent les mains / Car il y a quelque part un jardin pourri qui attend d’être arrosé » -, il reste la poésie, l’ivresse qui délivre, la joie sauvage de « celle qui vient à pas légers », « enjambe les frissons / Se roule dans la sueur des consonnes », aime « l’o / de l’orage » et fait chanter le désir battant dans la grande voix du sang.
Le vent, le sable et la mer, la sève et les songes, c’est la pulsation obstinée de leur houle et de nos plus secrets désirs qu’Alain Duault nous donne à entendre. Sur fond de musique fauve, d’éclats de sons soulignant sens, extases ou dissonances, c’est la vocalité du corps dans la langue, et le luxe de l’œil en famine d’infini qu’il met à nu. Pour nous, et pour la beauté de « ce mystérieux frémissement des choses » qui est tout ce qui reste après l’oubli.

CE QUI RESTE APRES L’OUBLI
d’ALAIN DUAULT
Gallimard, 160 pages, 17,50

Ce qui reste après l’oubli Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°112 , avril 2010.
LMDA papier n°112 - 6.50 €
LMDA PDF n°112 - 4.00 €