La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Destination Cuernavaca

mai 2010 | Le Matricule des Anges n°113 | par Jérôme Goude

En ajoutant un interlude inédit, Osselets, à Cyclone, vertigineux requiem, Frédéric-Yves Jeannet continue son œuvre monumentale : une hydre graphique habitée par une exigence de vérité et la grâce du soupçon.

Osselets

Cyclone

Après la parution en 2006 d’une monographie exhaustive, Frédérice-Yves Jeannet. Rencontre avec Robert Guyon, Argol, dont on tient d’emblée à saluer l’engagement éditorial, fait d’une pierre deux coups en publiant Osselets et en proposant une nouvelle édition de Cyclone (Le Castor Astral, 1997). Papyrophages et « lecteurs intrépides » ne sauraient résister longtemps au désir de ce qui s’apparente à un fol embarquement. De Mexico à Hô-Chi-Minh-Ville, en passant par New York, Vancouver, Wellington, Buenos Aires et d’innombrables autres cités, Frédéric-Yves Jeannet nous invite à un voyage hors du commun, sans amarres. Une éprouvante et non moins irrésistible odyssée littéraire entamée fin des années 70 par la publication dans la NRF d’un fragment de la première version de ce qui s’intitulait déjà « Cyclone ».
Autoportrait cubiste ou, selon l’auteur lui-même, à la façon d’un Francis Bacon, Osselets relance les dés d’une écriture travaillée par la confluence des souvenirs prégnants de Denis Jampen, frère d’âme et d’exil, et de la jeunesse indochinoise de Jules-Félix, grand-père paternel. À travers maints instantanés de lieux parcourus (rues et temples de Bangkok et d’Hô-Chi-Minh), ce livre-tombeau prolonge en quelque sorte le déchiffrage biographique inauguré par Cyclone.
Cyclone : livre-somme, baroque et spéléologique, dont chaque motif, chaque strate, concourent à l’édifice d’une mémoire oblitérée par la mort du père. Quelque part entre La Préparation du roman de Roland Barthes et L’Usage du monde de Nicolas Bouvier, Frédéric-Yves Jeannet, flanqué de ses doubles réels ou fictifs (tel Jacob Orfeo), bâtit une œuvre que seule la recherche d’une insaisissable vérité gouverne. Une vérité où affleure cette « voix de fin silence qui nous conduit au seuil de l’expression, de la liberté ».

Osselets est au départ le fruit d’une commande. Comment, vous dont l’écriture requiert du temps, avez-vous composé avec cet impératif ?
Vous avez raison, j’ai toujours besoin d’un délai assez long pour mener un projet à son terme, car il faut que je lui laisse le temps de germer, de fermenter ou de cuire. Je n’ai jamais aimé les débits de fast food, je suis partisan de la slow food, de la cuisine traditionnelle. En 2001 ou 2002, une amie m’avait demandé, pour une collection d’autoportraits qu’elle venait de créer, d’écrire le mien. J’ai longtemps hésité, ne pensais pas y parvenir. Puis je lui ai dit : « d’accord, mais pas avant 2007. » J’ai mis plusieurs années à m’y mettre vraiment, et au bout du compte cette commande n’a pas pu se réaliser sous la forme convenue, mais ce projet initial a continué de proliférer, comme c’est souvent le cas pour mes textes, et j’ai donc dépassé largement le cadre de ce qu’on m’avait demandé et le délai que j’avais moi-même fixé, ce qui n’avait d’ailleurs plus d’importance, le livre ayant pris un autre cours. J’ai cependant choisi de conserver dans le texte cette mention de son origine, comme dans les...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°113
6.50 €
LMDA PDF n°113
4.00 €