La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Une Europe éthique ?

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Thierry Cecille

Se penchant sur l’œuvre de trois écrivains de " l’autre Europe " d’hier - Milosz, Patocka et Bibo - A. Laignel-Lavastine explore les voies d’une Europe enfin démocratique et responsable.

Alors que, pour certains, la déconstruction européenne semble à l’ordre du jour, il peut être salvateur de tenter de penser autrement l’avenir commun de l’Europe élargie. C’est à quoi nous engage ici Alexandra Laignel-Lavastine, auteur, en 2002, d’un remarquable ouvrage consacré à Eliade, Cioran et Ionesco, qui avait pour sous-titre L’oubli du fascisme. Le présent essai nous fait (re) découvir trois voix de l’Est, trois voix dissidentes, qu’il convient d’écouter avec soin : l’urgence dans laquelle nous nous trouvons confère à leurs œuvres un poids aujourd’hui plus grand. Le Polonais Czeslaw Milosz (1911-2004) est sans doute le plus célèbre : le prix Nobel, en effet, lui fut décerné en 1980, récompensant une œuvre riche et complexe, de poète et d’essayiste principalement. Le philosophe tchèque Patocka (1907-1977), connu surtout pour ses Essais Hérétiques (Verdier), mourut - d’épuisement, de désespoir - entre les mains de la police politique, torturé pour avoir pris part au tragique Printemps de Prague. Le Hongrois Istvan Bibo (1911-1979) fut, lui, un historien et un penseur du politique, que l’on pourrait rapprocher, par exemple, d’Hannah Arendt.
Appartenant à la même génération, ils eurent en commun un même destin historique et des préoccupations proches qu’Alexandra Laignel-Lavastine éclaire ici avec clarté et précision - en donnant la parole, également, à ceux qui furent comme leurs successeurs : Vaclav Havel, Ivan Klima, Zigmunt Bauman… Ils durent faire l’épreuve des deux formes du totalitarisme qui vinrent soumettre ces pays de l’Europe centrale, alors, comme l’écrivit Kundera, « kidnappée  », confisquée : le nazisme puis le stalinisme. Si Milosz obtint l’asile politique en France en 1951 puis s’installa aux États-Unis, Patocka et Bibo furent des exilés - et des résistants - de l’intérieur. Face à la défaite morale dont leurs pays firent l’expérience - n’oublions pas que la Shoah, également, s’y déroula - leur diagnostic fut le même : loin de penser que ce ne furent là que des dérives ou des accidents de l’Histoire, ils affirmèrent qu’on devait y voir à l’œuvre le nihilisme et l’abdication éthique - qui caractérisent le versant sombre de la modernité. Fervents défenseurs d’une démocratie à réinventer (c’est cette tâche qui nous appartient, au présent), il firent « passer à gauche  » deux thèses qui pourraient, sous d’autres plumes, devenir réactionnaires : « la critique de la modernité technique » et « l’idée que la conscience individuelle constitue, de nos jours, l’instance subversive par excellence ». Milosz voit ainsi dans « l’idolâtrie positiviste » - le règne de la bureaucratie impersonnelle et des experts parfois auto-proclamés - la « défection du souci de l’autre » et en appelle à l’unité retrouvée de la conscience et de la raison. Pour Patocka, il convient de retrouver « le monde de la vie (…) où s’ancrent des notions telles que l’honneur, la trahison, le courage, la fidélité et la compassion  » : c’est là « le sol à partir duquel un monde commun est possible  ». Bibo, lui, analyse les phénomènes d’ « hystérie politique  » et plaide pour « une véritable culture de la responsabilité, mue par une éthique à la fois introspective et reconstructive ». Il semble également prévenir nos populations parfois aisément terrorisées : « Etre démocrate, c’est être délivré de la peur ». Ne serait-il pas urgent de remplacer le grotesque et effrayant slogan de l’Europe qu’on nous imposa - la concurrence libre et non faussée - par cette définition qu’en donne Patocka : « le continent de la vie interrogée  » ?

Esprits d’Europe
d’Alexandra Laignel-Lavastine
Folio Essais, 355 pages, 8,20

Une Europe éthique ? Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°115 , juillet 2010.
LMDA papier n°115
6.50 €
LMDA PDF n°115
4.00 €