La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Emmanuel Bove
Une place parmi les hommes

juillet 2013 | Le Matricule des Anges n°145 | par Thierry Cecille

Bove se serait-il laissé happer par ses personnages ? Le romancier semble peu à peu s’effacer, disparaître au cœur du monde qu’il crée. Jean-Luc Bitton, biographe-enquêteur, nous guide sur ses traces – qu’il a patiemment reconstituées.

Dans son éclairante critique de L’Étranger, Sartre écrit de Camus : « Entre les personnages dont il parle et le lecteur, Camus va intercaler une cloison vitrée », c’est-à-dire la conscience de Meursault, le personnage principal. On peut trouver dans les meilleurs textes de Bove une semblable « cloison vitrée ». Qu’il s’agisse de l’analyse des motivations des personnages ou de la vision de la réalité qui les environne et souvent les oppresse, nous avons le sentiment d’une inquiétante étrangeté, d’un décalage permanent. Même si Bove écrivait, dans une lettre à sa femme : « Il faut qu’un roman soit, non pas le récit de quelque aventure ou inquiétude, mais une peinture la plus simple possible de la vie », nous ne pouvons nous empêcher de voir là une forme de dénégation. Nous pourrions donner, au contraire, à nombre de ses livres, ce titre « Une inquiétude ». La langue, si particulière, de Bove (des censeurs sévères – ou xénophobes – lui reprochèrent ce qu’ils jugeaient être les fautes d’un auteur pas assez français) y concourt : il pratique en effet une sorte d’art de l’à-peu-près, de l’approximation lexicale et syntaxique, recourt à un usage souvent détonant de l’imparfait du subjonctif, ose des comparaisons ou métaphores surprenantes, presque stridentes tant elles jurent parfois sur un fond sonore plus discret. Sans doute Bove maniait-il ces outils en parfaite connaissance de cause. Il fut – malheureusement ? – un créateur peu disert sur sa propre création.

Jean-Luc Bitton, on pourrait être tenté de dire de Bove – comme de Modiano par exemple – qu’il réécrit sans cesse le même livre, mettant en scène des personnages semblables, dans des intrigues semblablement minimales. Pouvez-vous faire justice de cette affirmation ?
J’ai lu récemment Voyage de noces, un magnifique roman de Patrick Modiano paru en 1990. Ce roman raconte la quête obsessionnelle de Jean B. au sujet d’Ingrid Teyrsen, une femme qu’il a connue dans un passé flou et dont il apprend presque par hasard le suicide des années plus tard. Le biographe d’Ingrid décide alors d’organiser sa propre disparition, quittant sa famille et ses amis pour vivre dans des quartiers périphériques de Paris. Jean B. ressemble étrangement à Charles Benesteau, le personnage principal du roman Le Pressentiment d’Emmanuel Bove. Modiano a très probablement lu Bove. La proximité bovienne chez l’auteur de Dora Bruder est frappante. Dans sa préface de l’édition de poche du Pressentiment, Marie Darrieussecq fait d’ailleurs le rapprochement entre les deux romanciers : « Je vois Bove comme un précurseur de Patrick Modiano, avec son goût pour les quartiers périphériques, pour les marginaux discrets, qui ne sont pas tant des antihéros que des déserteurs. » Il y a chez Bove comme chez Modiano une récurrence quasi feuilletonesque des thèmes et des personnages, mais quand cette répétition romanesque ne lasse pas le lecteur, mais au contraire l’enchante, on peut y voir le secret d’une réussite...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°145
6,00 €
LMDA PDF n°145
4,00 €